L'Outaouais est sans leader... ou presque!

Paul-André David.... (Courtoisie)

Agrandir

Paul-André David.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul-André David

L'auteur est un ex-candidat du PQ dans les années 1990 et ex-sous-ministre des Régions.

Jean Lesage, Daniel Johnson (père), Robert Bourassa, René Lévesque, Jacques Parizeau, Lucien Bouchard, Bernard Landry ou Pauline Marois, aucun de ces premiers ministres n'a fait fi des régions.

Jean Charest aura été le premier à couper le cou des régions en abolissant le «ministère des Régions», suivi de son élève, Philippe Couillard qui lui, autorise le démantèlement, pur et simple, des quelques pouvoirs résiduels des régions. Triste constat!

À la retraite depuis 2010 en tant qu'ancien sous-ministre adjoint au ministère des Régions, je m'étais imposé un devoir de réserve pour éviter de grossir les rangs des gérants d'estrades. Mais aujourd'hui, je dois dire: Assez, c'est assez! Où sont nos représentants? Où sont ceux que nous avons élus, nos députés, nos maires, nos conseillers, nos commissaires?

Ne serait-ce que la clairvoyance du maire de Gatineau, l'ombre des ténèbres planerait sur l'Outaouais. Est-ce le prix à payer lorsque l'on est fidèle et asservi au Parti libéral et à ses gouvernements? Jamais on n'aurait laissé un autre gouvernement fermer les régions, alors qu'aujourd'hui cela semble normal.

LEVER LA TêTE

J'implore tous nos élus à lever la tête et à contester l'ordre de déportation des régions signifié par notre gouvernement. Ce gouvernement ne nous mérite pas, nos députés silencieux de l'Outaouais ne nous méritent pas, nos préfets et nos maires asservis au pouvoir de l'État ne nous méritent pas. Vous êtes censés être nos leaders politiques de proximité, nos leaders d'opinions, nos leaders locaux, vous êtes nos représentants, mais alors, où êtes-vous? Nous voulons vous entendre réagir, contester, dénoncer, demander, exiger, mais non, en lieu et place, vous accusez les décisions comme si elles avaient force d'Évangile.

Quelle tristesse! Faute de reconnaissance et de financement, on met en vente «la maison de l'Outaouais», la CRÉO cesse ses opérations, par ricochet la «Table des élus» devra, semble-t-il, se trouver un nouveau mode de fonctionnement, qui plus est, on lynche les MRC en cessant de financer les «CLD», on sabre dans les commissions scolaires et pendant ce temps, nos représentants sont gênés de contester le gouvernement qu'ils se sont donné! Est-ce ça le prix de la complaisance?

Aujourd'hui, je regrette de ne pas habiter la Gaspésie, ces élus n'ont pas eu peur de se regrouper pour manifester, haut et fort, leur indignation et dire non aux coupures proposées par le gouvernement. En lieu et place de coupes sauvages dans les finances publiques, M. Couillard, proposez-nous un train d'actions innovantes pour augmenter les revenus de l'État, autre que les impôts.

S'il y a lieu, je pourrais vous faire des suggestions!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer