Soutenir le développement économique

La maire de Chelsea, Caryl Green.... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

La maire de Chelsea, Caryl Green.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Caryl Green

L'auteure est mairesse de Chelsea

En réponse à la lettre ouverte de Mme Jeanne Dessureault «Mieux gérer les finances» (LeDroit, le lundi 9 mars 2015), j'aimerais apporter un peu d'information contextuelle quant au rôle des conseils municipaux au Québec afin d'expliquer pourquoi le conseil municipal de Chelsea étudie présentement la demande faite par Commerce Chelsea.

Tout d'abord, il faut savoir que ce type d'orientation provient du gouvernement du Québec. D'ailleurs, la Fédération Québécoise des Municipalités définit les rôles et responsabilités des membres d'un conseil comme suit: administrateur, représentant, législateur et agent de développement économique. Ce fait nous a aussi été récemment confirmé par la direction régionale du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire en précisant qu'il s'agit de l'obligation du conseil municipal de soutenir le développement économique au sein de sa communauté.

Quant à la Municipalité de Chelsea, la mission énoncée dans son plan d'urbanisme vise également un développement durable qui inclut le développement économique.

Puis, les MRC se dotent également d'orientations qui leur sont propres. En effet, le Schéma d'aménagement et de développement révisé de la MRC des Collines-de-l'Outaouais stipule que «le développement de stratégies destinées à améliorer la diversité des commerces et des services [...] sont quelques-uns des moyens retenus par les municipalités locales pour favoriser la revitalisation villageoise.»

Fait intéressant, selon la Fédération des chambres de commerce du Québec, en 2013, 13% des sources de financement des chambres de commerce ayant moins de 150 membres provenaient des gouvernements locaux ou régionaux, alors que pour ceux qui comptent plus de 150 membres cela représentait 6%.

C'est aussi un fait connu que, comme communauté, Chelsea doit diversifier son assiette fiscale afin de diminuer sa dépendance excessive aux taxes résidentielles. Encourager les petites entreprises locales augmentera les autres sources de revenus et servira à diminuer le fardeau des taxes pour les propriétaires résidentiels.

Le conseil de Chelsea continuera d'examiner des façons innovatrices et collaboratives de travailler avec nos groupes partenaires que ce soit social, culturel, économique ou environnemental pour assurer un développement socio-économique durable de notre communauté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer