Gaétan Barrette manque à sa parole

Gaétan Barrette... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Gaétan Barrette

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Monique Pellerin

Le ministre M. Barrette n'a pas tenu parole. Alors qu'il a déjà affirmé que les fonds du programme de soutien aux organismes communautaires resteraient dans le Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC), voilà qu'il en sort 1200000$ accordés au Centre d'aide 24 juillet pour envoyer cet argent dans le nouvel établissement qui sera créé en avril, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO).

Si au moins nous avions la certitude que ce service d'écoute aux gens en crise et en détresse offert par le CISSSO allait améliorer la réponse aux besoins de la population. Mais non, ce service en sera un d'écoute et non pas d'intervention offrant une panoplie de services allant de l'accompagnement à l'hébergement, comme le faisait le Centre d'aide 24/7. Et une fois écoutées, les personnes qui auront été entendues sur cette ligne 1-866-APPELLE seront référées vers les équipes d'intervention spécialisées du CISSSO où les listes d'attente sont longues.

Que va-t-il arriver alors? La condition des personnes en crise et en attente de services va se détériorer et au bout du compte plusieurs vont finir par aboutir à l'urgence. En somme, il n'y aura ni économie, ni meilleure réponse aux besoins des gens en crise.

Une innovation

Vers la fin des années 80 et au début des années 90, grâce au leadership courageux du Conseil régional de la santé et des services sociaux de l'Outaouais du temps, notre région a innové en créant en complémentarité aux services offerts par les établissements qu'étaient alors les hôpitaux et les CLSC, une infrastructure d'organismes communautaires oeuvrant dans le domaine de la santé mentale. Et oui, plutôt que d'envoyer le nouvel argent dans des services de psychiatrie des hôpitaux, les décideurs régionaux avaient alors choisi d'investir les sommes dans la création d'organismes communautaires en santé mentale. Le Centre d'aide 24/7 est une de ces entités communautaires.

Le transfert des fonds du centre d'aide 24/7 au profit du CISSSO annonce-t-il le début de la disparition de ce qui a fait la renommée de notre région en matière de diversité de services et d'innovation? Il y a de quoi s'inquiéter.

Devant cette nouvelle structure d'organisation de services qui sera créée le 1eravril où tous les établissements seront fusionnés en une seule entité administrative, avec un seul conseil d'administration dont les membres seront nommés par le ministre, nous citoyens, nous nous retrouvons devant un déficit démocratique. Il sera de plus en plus difficile de se faire entendre des décideurs pour apporter une autre voix que celle du ministre. C'est un grave recul.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer