La vaccination

Au printemps 1885, la variole fait des ravages à Montréal. Cette maladie tue... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Carpentier

Au printemps 1885, la variole fait des ravages à Montréal. Cette maladie tue souvent, surtout des enfants et laisse des personnes avec des séquelles horribles. L'épidémie fait au moins 2500 morts, surtout dans les quartiers francophones et les quartiers défavorisés. Il existe un vaccin mais la population canadienne-française refuse de le recevoir. On dit que l'on ne peut déjouer les plans de Dieu, d'autres rendent le vaccin responsable de la maladie. Après que le vaccin est devenu obligatoire, la maladie s'estompera. Si les gens s'étaient fait vacciner, ils auraient évité cette tragédie. Récemment, des gens s'opposent aux vaccins et négligent de faire vacciner leurs enfants. Devrait-on les obliger? Habituellement, je suis contre les décisions dictatoriales. Mais dans ce cas, je suis pour l'obligation. Si les enfants non vaccinés peuvent propager la rougeole, nous devons arrêter immédiatement ce fléau. Il n'y a pas de raisons valables pour ne pas les faire vacciner. Les personnes qui se disent contre sont souvent mal conseillées ou le sont par des incompétents.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer