Une occasion de se taire

Le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser.... (Photo d'archives Patrice Laroche, Le Soleil)

Agrandir

Le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser.

Photo d'archives Patrice Laroche, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Réjean Beaulieu

«Le Québec doit faire plus pour la minorité anglophone», croit Graham Fraser. Elle est pourtant la plus choyée au monde, ce qui n'est certes pas le cas pour la minorité francophone ailleurs au Canada.

Si le Commissaire aux langues officielles est incapable de mieux s'occuper hors Québec après tant de junkets, de colloques inutiles, de rapports ronflants et répétitifs, de sorties mal choisies et autres promotions bidon du bilinguisme, faudrait-il lui couper ses 21 millions$ en ce temps de compressions budgétaires? Son financement s'est maintenu depuis cinq ans alors que la francophonie hors Québec a été coupée à blanc et que le financement de la Feuille de route sur les langues officielles est de plus en plus utilisé pour financer des activités d'anglicisation et de partisanerie conservatrice, sans aucune vérification financière indépendante. Peut-être comprendrait-il alors l'importance de ne plus perdre les occasions pour se taire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer