Une attente qui tue pour les retraités de Papiers Masson

Plusieurs retraités de Papiers Masson ont hâte de... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Plusieurs retraités de Papiers Masson ont hâte de voir enfin la lumière au bout du tunnel.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Yves Gosselin

Le 1erdécembre 2012, notre employeur Papiers Masson amputait notre rente de retraite de 56% juste avant Noël. Un an plus tard, le grand patron du nouveau syndicat Unifor était venu lui-même négocier et supposément que tout était réglé. Erreur et déception encore!

Nous voici une autre année plus tard, et on nous dit, cette fois-ci, que notre sort est entre les mains des employés et retraités de l'usine de papier White Birch à Québec. Même avec un jugement contre lui, qui nous donne raison, cet odieux personnage continue de négocier, en se servant de nos lois pour étirer le temps et ne pas payer. Ces nombreuses tactiques vont faire en sorte qu'un autre temps des Fêtes sera passé dans l'attente, la déception et le désappointement. En attaquant ainsi notre moral aux Fêtes pour la troisième fois, c'est à se demander si ce n'est pas son plan de match pour nous faire abandonner, nous casser, nous mater.

Je sais que plusieurs d'entre nous sont découragés et ne croient plus à ce règlement. À ceux-là, je dis restons solidaires malgré tout et faisons confiance à la Providence et à notre système de justice, si justice il y a. Comptons-nous chanceux que le syndicat des papetiers continue de se battre pour faire respecter nos droits. On est tannés d'attendre qu'un Américain nous donne à manger. Ça occupe notre esprit tout le temps, ça gruge nos forces et notre moral. C'est rendu de plus en plus difficile de sourire, on en a marre de cette attente qui tue, qui nous ronge, surtout en ce temps de l'année qui devrait en être un de réjouissances et qu'on en a même pas les moyens. C'en est rendu une question de survie pure et simple pour plusieurs. Chantons ensemble et fêtons, ne serait-ce que quelques heures, pour essayer d'oublier. Oui, oublier qu'on ne sera pas payé encore cette année. C'en est rendu d'un cynisme presque inhumain et dramatique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer