Applaudir les Sénateurs en français

Le propriétaire des Sénateurs, Eugene Melnyk... (Simon-Séguin Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Le propriétaire des Sénateurs, Eugene Melnyk

Simon-Séguin Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François G. Caza

À Eugene Melnyk, propriétaire du Club de hockey Les Sénateurs d'Ottawa

Depuis cinq ans, je rêve d'entrer dans l'une de vos boutiques des Sénateurs et voir un gilet sur lequel figure « Sénateurs d'Ottawa » en grandes lettres.

Il y existe de nombreuses raisons de produire de la marchandise en français. D'abord, la région de la capitale compte beaucoup de francophones. Si on compte le quart des résidents d'Ottawa qui se déclarent francophones, l'Est de l'Ontario, qui est majoritairement francophone, et les 300000 qui habitent à Gatineau et dans ses environs, ça fait plus de 500000 clients potentiels à moins de 100km du Centre Canadian Tire.

Le plus grand argument vient de vous-même. J'étais très surpris l'an passé quand vous aviez prié les détenteurs de billets de saison de ne pas donner leurs billets aux amateurs d'autres équipes. Vous exprimiez votre chagrin à entendre la foule au Centre Canadian Tire encourager l'équipe adverse. Au lieu de critiquer les autres partisans, je vous suggère de faire en sorte que les amateurs des Sénateurs manifestent ce même dévouement. Ce dévouement, ça ne vient pas avec des coupes Stanley ou des matches en séries éliminatoires (citons les Maple Leafs de Toronto), mais d'un sentiment d'appartenance à l'équipe. Le désir d'exprimer son amour pour son équipe dans sa langue maternelle est un désir naturel et logique, et vous auriez beaucoup plus d'argent dans vos poches si vous le combleriez.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer