Route verte, une décision sans vision

La décision du gouvernement Couillard d'abandonner son programme d'entretien de... (Archives)

Agrandir

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Jacques Fournier

Président d'Action Vélo Outaouais

La décision du gouvernement Couillard d'abandonner son programme d'entretien de la Route Verte avec les municipalités, annoncée dans le Pacte fiscal, manque de vision.

Dans son exercice de rationalisation, le gouvernement doit tenir compte des bienfaits de l'exercice physique et du transport actif sur la santé des citoyens. Aussi, n'est-il pas normal pour la sécurité de tous que les pistes cyclables soient entretenues? Imaginons un instant que l'on coupe les budgets d'entretien de nos routes!

La Route verte est une infrastructure et un levier de développement économique pour plusieurs municipalités du Québec. Pour certaines MRC dévitalisées comme le Pontiac, ce fonds est crucial pour assurer un aménagement cyclable de qualité. La Route verte est un modèle d'inspiration et elle est reconnue internationalement. Le Parc linéaire le P'tit Train du Nord, tronçon de la Route verte, génère à lui seul plus de revenus fiscaux pour Québec que ce que lui coûte le programme pour l'ensemble de la province. Moins d'entretien, c'est aussi décourager un mode de transport et de loisir qui aide le Québec à atteindre ses cibles en diminution de gaz à effets de serre.

Pourquoi ne pas profiter de la crise budgétaire pour investir massivement dans les aménagements et infrastructures cyclables, aménagements peu coûteux si on les compare aux infrastructures routières, mais dont les retombées dépassent leurs coûts, en plus de contribuer au bonheur collectif?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer