La prochaine étape

Linda Cardinal... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Linda Cardinal

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Cardinal

Professeure, Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques, Université d'Ottawa, co-fondatrice Mouvement pour une capitale du Canada officiellement bilingue.

Le Mouvement pour une capitale du Canada officiellement bilingue a été lancé en juin 2014, peu après l'élection de Kathleen Wynne à Queen's Park. Bien intentionnée à l'égard de la communauté francophone de l'Ontario, Mme Wynne ne semble pas réfractaire au bilinguisme officiel de la ville d'Ottawa, mais il serait plus facile de faire avancer le dossier si des élus clés sur le plan local le revendiquaient de façon plus affirmée. Le premier acteur clé est le maire Jim Watson.

M. Watson a gagné son pari électoral, mais il n'avait pas vraiment de compétition. Seuls les tenants du bilinguisme officiel à Ottawa lui ont donné un peu de fil à retordre. Les seules déclarations qui ont parfois montré qu'il avait de l'émotion sont celles sur le bilinguisme. Le maire Watson a été souvent cassant dans ce dossier.

Le maire Watson a maintenant les coudées franches pour dire les choses autrement et se rapprocher du milieu francophone. Il n'a plus à craindre les foudres de ses concitoyens francophobes.

De fait, avant les élections, le maire Watson n'a pas dit que la politique ne pourrait pas être bonifiée. Il a insisté sur la dimension pratique du bilinguisme de la ville d'Ottawa. Toutefois, il y a bien des façons de définir une politique pragmatique.

Mathieu Fleury a aussi un rôle important à jouer. En faveur du bilinguisme officiel, il est à espérer qu'il travaillera à convaincre les francophiles et la communauté anglophone de la pertinence de l'initiative. Sa responsabilité est d'autant plus grande qu'il représente un quartier complexe, mais aussi un important référent identitaire pour la communauté francophone. Certains lui prêtent de grandes ambitions. On peut imaginer qu'il souhaiterait porter des dossiers de grande envergure comme celui du bilinguisme officiel. Il aurait intérêt à suivre l'exemple de personnes comme Madeleine Meilleur, qui a toujours défendu les droits des francophones.

L'expérience et l'expertise du nouveau conseil municipal sont de bon augure pour l'avancement des dossiers comme celui du train léger, l'assainissement de la rivière des Outaouais et le développement urbain. Rien ne permet de penser que le nouveau conseil ne pourrait pas aussi avoir un rôle décisif dans le dossier du bilinguisme officiel.

En 2012, les organisateurs des États généraux de la francophonie d'Ottawa ont posé un premier jalon en vue de réaliser cette ambition d'une ville officiellement bilingue. Le Mouvement pour une capitale du Canada officiellement bilingue a emboîté le pas. Dialogue Canada en fait la promotion sur son site Web. L'ACFO d'Ottawa, l'AFO, la FCFA et de nombreux autres groupes appuient aussi les objectifs du Mouvement. Certes, la cause rallie principalement des francophones, car ces derniers voient le bilinguisme officiel de la ville d'Ottawa comme un élément de plus dans la progression du français et de l'anglais au Canada ainsi que les droits des francophones. Cette cause doit rallier l'ensemble de la population d'Ottawa et du pays dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire de la fédération. Le maire d'Ottawa et les membres de son conseil municipal pourraient passer à l'histoire pour avoir non seulement contribué au développement urbain de la ville, mais également pour avoir eu le courage de s'élever au-dessus des préjugés et de rallier l'ensemble des citoyens du pays à l'avancement de l'égalité du français et de l'anglais au pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer