Prudence... avec les chiffres!

Dominic Giroux... (Photo courtoisie)

Agrandir

Dominic Giroux

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dominic Giroux

L'auteur est recteur de l'Université Laurentienne à Sudbury

Dans son éditorial «Prudence» du 7 octobre, Pierre Jury a écrit qu'«à la grandeur de l'Ontario, à peine 22% des étudiants francophones poursuivent leurs études en français. C'est donc un constat d'échec». La réalité est tout autre.

Les dernières données d'admission aux universités de l'Ontario révèlent que de 2008 à 2012, 71% des 9800 diplômés des écoles secondaires de langue française de l'Ontario qui ont poursuivi des études universitaires en Ontario l'année suivante, s'étaient inscrits soit à l'Université d'Ottawa, à l'Université Laurentienne, au Collège universitaire Glendon de l'Université York ou à l'Université de Hearst. Certains d'entre eux ont certes pu s'inscrire dans des programmes offerts en anglais par ces institutions, mais nous sommes bien loin du 22%!

L'Université Laurentienne est le choix universitaire le plus populaire des 1,1 million d'Ontariens du Nord-Est et de Simcoe-Muskoka. La réputation grandissante de nos programmes fait en sorte que nos étudiants proviennent désormais en majorité de l'extérieur du Nord-Est, y compris 7% de l'international. Seule université bilingue dotée d'une protection quasi constitutionnelle en vertu de la Loi sur les services en français, l'Université Laurentienne offre annuellement 800 sections de cours en français aux 1600 étudiants inscrits dans des programmes en français du baccalauréat au doctorat. La majorité des quelque 70 programmes de premier cycle que nous offrons en anglais à Sudbury sont également offerts en français. Une demi-douzaine de programmes de premier et deuxième cycles que nous offrons en français ne sont pas disponibles en anglais. Qui plus est, malgré la décroissance démographique dans le Nord, nos inscriptions dans les programmes en français ont augmenté depuis 2009 de 13% au premier cycle et de 67% aux études supérieures. Loin d'un constat d'échec!

Forte de son statut en vertu de la Loi sur les services en français, l'Université Laurentienne est bien positionnée pour mettre en oeuvre avec les partenaires intéressés une vision audacieuse d'expansion des programmes en français, particulièrement aux cycles supérieurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer