Ottawa bilingue

Ottawa bilingue, c'est un fait (PHOTO PATRICK WOODBURY, ARCHIVES LEDROIT)

Agrandir

PHOTO PATRICK WOODBURY, ARCHIVES LEDROIT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Ottawa bilingue, c'est un fait

Gilles Paquet devrait savoir que l'Ontario a statué que l'on célèbre 400 ans de présence française l'an passé. Le français est l'une des langues officielles du Canada. En Ontario, la Loi sur les services en français (loi 8) est en vigueur depuis 1989. Ottawa doit être bilingue c'est un fait.

Robert Woodstock, Gatineau

La contribution francophone

Le débat autour du bilinguisme à la Ville d'Ottawa révèle que, parfois, comme le dit l'adage, l'on est bien trahi que par les siens... Où la démocratie en prend pour son rhume, c'est lorsque l'on oublie que la capitale a aussi reçu l'apport à son développement et même sa fondation, de l'élément francophone du pays. Nier aux francophones un droit si élémentaire c'est un peu nier leur existence et manquer de respect. Car lorsqu'on forme un partenariat, en l'occurrence, la Confédération, on s'accorde que deux entités s'unissent pour un but commun. Or une partie a encore ce dispositif mental de conquérant versus le conquis. Elle souhaiterait une soumission pure et simple. Au xxie siècle, il est plutôt désespérant de voir que des individus n'aient pas appris le français parce qu'ils n'en voient pas le besoin. Ottawa se doit de refléter le côté officiel du pays mais aussi une réalité locale qui compte tout de même environ 20% de francophones.

Leopold Battel, Orléans

Pour économiser plus

Mark Scharfe, candidat au poste de conseiller du secteur Osgoode, dit qu'il éliminerait les «services bilingues» à Ottawa. Mais on économiserait beaucoup plus en éliminant les services en anglais.

Martin Laplante, Ottawa

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer