Nous n'avons pas le choix

«Cette mission arrêtera la propagation de l'État islamique... (La Presse Canadienne, Adrian Wyld)

Agrandir

«Cette mission arrêtera la propagation de l'État islamique dans la région et diminuera de beaucoup sa capacité de mener des attaques terroristes à l'extérieur de la région», a plaidé le premier ministre Stephen Harper aux Communes.

La Presse Canadienne, Adrian Wyld

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

André Pinard

En principe, je suis contre l'idée de faire la guerre. Pourtant - et à regret -, j'appuie la décision du gouvernement Harper d'intervenir militairement contre l'État islamique. Nous n'avons pas le choix. En effet, comment rester muet devant les assassinats, les viols et le terrorisme? Cependant, en intervenant militairement, nous serons condamnés à le faire à répétition puisqu'il n'y a aucune volonté d'attaquer le coeur du problème: les inégalités sociales, l'appât du gain et la corruption. Dans un tel contexte, un groupe terroriste sera remplacé par un autre. Il faut accompagner l'intervention militaire par l'aide humanitaire et le soutien à la société civile, mais il est irréaliste de croire que de telles actions mèneront à des changements profonds qui régleront une fois pour toutes les injustices et les déséquilibres qui sont à la source des problèmes auxquels l'humanité est confrontée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer