Université franco: un pas décisif

« Pour un projet si longuement désiré, l'annonce du... (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

« Pour un projet si longuement désiré, l'annonce du gouvernement a été fort discrète, lors d'un appel-conférence de Mme Adam. Ni tambour ni trompettes, alors que Kathleen Wynne (photo) aurait pu claironner cette confirmation sur tous les toits », souligne l'éditorialiste Pierre Jury.

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / Le rêve d'une nouvelle université entièrement francophone en Ontario a franchi un pas de plus vers sa concrétisation, hier. Le gouvernement a annoncé sa création pour l'automne 2020, au coeur de Toronto.

Tout un tissu d'organisations francophones seraient regroupées au sein d'un même complexe, dont le Collège Boréal, Groupe média TFO et la Maison de la francophonie, longtemps souhaitée par les forces vives de la Ville-Reine. Cette synergie francophone s'avère le complément inattendu à cette « Université de l'Ontario français ». Isolée dans son coin, avec à peine 300 inscriptions la première année, elle risquerait de passer inaperçue dans cette mégapole multiculturelle. Dyane Adam, qui a présidé le Conseil de planification, a vraiment défriché jusque dans les détails pour inclure cette vision dans son rapport de 120 pages rendu public, hier.

Pour un projet si longuement désiré, l'annonce du gouvernement a été fort discrète, lors d'un appel-conférence de Mme Adam. Ni tambour ni trompettes, alors que Kathleen Wynne aurait pu claironner cette confirmation sur tous les toits. Cela lui aurait donné une saveur plus politique, certes, mais depuis six mois, la première ministre multiplie les initiatives populistes (salaire minimum, rabais sur les tarifs d'électricité, aide financière au post-secondaire, etc.) : cela n'aurait été qu'une de plus.

Le gouvernement semble avoir entériné l'essentiel du rapport Adam. La ministre des Affaires francophones Marie-France Lalonde n'a pas avancé de bémols à ce texte ambitieux. Elle prévoit déposer un projet de loi cet automne pour créer cette « UOF ». Les libéraux étant majoritaires à l'Assemblée législative, il devrait passer facilement... Peut-être même à l'unanimité parce que les partis d'opposition appuyent l'idée depuis longtemps.

Les projections financières sont modestes. Des besoins initiaux de 20 millions $, et de 83,5 millions $ sur sept ans. Mme Adam prévoit avec assurance que le gouvernement fédéral avance 50 % de la facture. Ottawa appuie déjà l'enseignement en français en milieu minoritaire à l'Université Laurentienne, à Sudbury, et au Collège Glendon, à Toronto. La même logique devrait s'appliquer pour l'Université de l'Ontario français.

Les discussions Ontario-Canada sont entamées, a dit Mme Lalonde.

Cela paraît s'inscrire dans les priorités du gouvernement de Justin Trudeau mais on attendra un engagement formel. 

Mme Adam prévoit une croissance soutenue jusqu'à 2000 inscrits en 2028. Elle a bien identifié la force de l'immigration francophone à Toronto et autour, ainsi que le potentiel des besoins de services en français en éducation et en santé, notamment. Ajoutez le potentiel de l'international et il y a là une perspective de succès. 

Le collège La Cité a fait taire ses détracteurs en fracassant ses plans de croissance. « If you build it, they will come! », disent les Anglais. Ça pourrait marcher pour l'UOF...

Après trois années de lobbying par l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, le Regroupement étudiant franco-ontarien et la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne, leurs pressions conjointes semblent aujourd'hui porter fruit. Pour leurs aînés, la genèse remonte au rapport de 2012 du Commissaire aux services en français François Boileau qui démontrait une galopante assimilation des élèves du centre-sud-ouest de l'Ontario au niveau post-secondaire. D'autres iront  plus loin, dans les années 1980, ou même 1940 ! Les astres semblent s'aligner cette fois, mais sans remiser sa vigilance au placard.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer