La fin d'une saga pointe à l'horizon

Après 12 ans de tergiversations, les Olympiques de... (Patrick Woodbury, archives Le Droit)

Agrandir

Après 12 ans de tergiversations, les Olympiques de Gatineau quitteront peut-être bientôt le «Vieux-Bob».

Patrick Woodbury, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / Au terme d'une saga longue de 12 années, il semble bien que l'on s'approche d'une issue quant au déménagement de l'aréna Robert-Guertin à Place de la Cité. Ce n'est pas trop tôt.

Évidemment, il reste encore quelques étapes à compléter à l'Assemblée nationale. Les députés doivent adopter le projet de loi 227. Mais il n'y a pas eu à Québec de voix discordantes comme celles des quatre conseillers municipaux Louise Boudrias, Sylvie Goneau, Denise Laferrière et Denis Tassé. Les libéraux étaient majoritaires derrière Philippe Couillard, cela laisse croire que l'étape parlementaire ne pourrait être qu'une formalité. Le tout pourrait être ficelé au cours des prochaines heures, ou des prochains jours. 

L'accueil très positif qu'a réservé au projet le ministre des Affaires municipales Martin Coiteux témoigne de deux choses. D'abord, que son gouvernement accueille favorablement la démarche de la Ville de Gatineau sur cette question -- jusqu'à hier, les contribuables n'avaient que la parole intéressée du maire Maxime Pedneaud-Jobin pour se rassurer. Puis, il semble bien vrai que la démarche gatinoise avait fait l'objet d'un processus continu d'approbation par Québec, via le député de Chapleau Marc Carrière. 

La Ville de Gatineau a ainsi pu éviter l'embarras qu'elle avait vécu en 2009. Nathalie Normandeau, qui occupait la chaise de ministre des Affaires municipales à l'époque, avait viré l'administration de Marc Bureau qui proposait une nouvelle construction sans appel d'offres. Cette fois, pas mal tout indique que tout passera comme beurre dans la poêle à Québec.

Même les deux principaux partis d'opposition, le Parti québécois et la Coalition avenir Québec, n'ont rien dit de négatif. Stéphane Bergeron, du PQ, et Mario Laframboise, de la CAQ, ont semblé rassurés par le fait que l'essentiel des contrats impliquant des fonds publics feront l'objet d'appels d'offres. 

Toutes ces pirouettes juridiques, en bout de ligne, auront servi à valider le choix de Vision multisports Outaouais par la Ville de Gatineau. Une sélection faite de gré à gré alors qu'il y avait une autre proposition sur la table, celle de la Fondation des Sénateurs d'Ottawa.

Si tout le dossier se règle et que les pelles mécaniques s'activent dans le secteur Gatineau dans quelques mois, cela signifiera aussi que les contribuables gatinois ne sauront peut-être jamais si les conditions du partenariat offert par les Sénateurs leur auraient été plus, ou moins favorables.

Car les deux offres de service partaient de prémisses très différentes. Comment comparer des pommes avec des oranges? 

Comment évaluer si les contribuables gagneraient ou perdraient au change? L'autre facteur inconnu, c'est que les Sénateurs n'ont peut-être pas fait de vagues pour ne pas nuire à leurs options sur d'autres partenariats pour la construction de plusieurs arénas communautaires à Gatineau. Huit patinoires de quartier doivent être démolis d'ici quatre ans: Sabourin, Cholette, Pierre-Lafontaine, Beaudry, Baribeau, Campeau, Buckingham et Robert-Rochon, tel que rapporté dans Le Droit, mercredi. Gatineau cherchera des partenaires du privé, à but lucratif ou non, pour ériger de nouveaux complexes... comme la Fondation des Sénateurs. Et VMSO, d'ailleurs. Ce dossier en est encore à ses balbutiements.

Dans quelques jours, une fois le projet de loi adopté, il y aura ouverture de registres pour décider s'il y a un appétit pour que la population gatinoise se prononce sur le projet. Attendons voir la suite, mais le dénouement semble bel et bien approcher. 

Enfin.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer