Une victoire facile

La victoire de Nathalie Des Rosiers, jeudi soir,... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

La victoire de Nathalie Des Rosiers, jeudi soir, était prévisible.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / André Marin souhaitait envoyer un électro-choc au gouvernement de Kathleen Wynne : les électeurs ne l'ont pas du tout suivi. La libérale Nathalie Des Rosiers prendra maintenant le relais de Madeleine Meilleur avec sa capture de la circonscription d'Ottawa-Vanier et poursuivre son travail auprès de la première ministre.

Une victoire du progressiste-conservateur Marin aurait carrément constitué une révolution dans ce coin de l'Ontario qui a été fidèle aux libéraux depuis presque 50 ans.

Mme Des Rosiers a remporté une victoire très facile - et c'est là la grande surprise. Les reproches que les Ontariens adressent aux libéraux de Kathleen Wynne ne l'auront pas affecté. Toute la soirée, elle a maintenu un appui au-delà de 50 % du vote populaire, une proportion digne des élections de Mme Meilleur.

M. Marin aura failli à la tâche devant une solide adversaire : Mme Des Rosiers est une juriste de réputation nationale qui apportera une bouffée d'air frais au sein d'un gouvernement qui en a bien besoin.

Celle qui était jusqu'à tout récemment doyenne de la faculté de droit (common law) à l'Université d'Ottawa devrait se retrouver au cabinet lorsqu'une place se libérera. Il y a déjà trois ministres de la région auprès de Mme Wynne avec Bob Chiarelli, Yasir Naqvi et Marie-France Lalonde.

Mais la victoire de Mme Des Rosiers ne devrait pas être interprétée comme un ticket de bonne conduite pour le gouvernement Wynne. Il a malgré tout un profond examen de conscience à faire. Ils l'ont gagné dans Ottawa-Vanier en recourant à de tristes - mais fondées - attaques personnelles à l'endroit d'André Marin, qui avait engagé des dépenses douteuses lorsqu'il était ombudsman de l'Ontario. 

Le gouvernement Wynne est très impopulaire ces temps-ci : sa décision de vendre une partie de la société Hydro One a fait grimper les tarifs d'électricité en Ontario. 

Le néo-démocrate Claude Bisson avait un seul atout dans sa manche et il a à peine suffisant pour terminer troisième d'un peloton de 11 candidats : son frère Gilles Bisson représente fièrement la circonscription de Timmins-Baie James depuis 1990.  

Malgré les problèmes de pauvreté et de violence qui affligent plusieurs secteurs d'Ottawa-Vanier, les enjeux locaux n'ont pas pesé lourd dans la balance. Aucun des candidats n'avait de mesures concrètes à proposer pour alléger le quotidien de bien des électeurs réfugiés le long du chemin Montréal. 

La campagne s'est vite jouée sur deux plans. D'un côté, M. Marin qui martelait que les Ontariens vivaient « des histoires d'horreur » avec leurs factures d'électricité. De l'autre, les attaques personnelles des libéraux contre M. Marin. 

Et personne ne parlait d'améliorer la vie des gens d'Ottawa-Vanier !

Aujourd'hui, Nathalie Des Rosiers se retrouve députée à Queen's Park. Un de ses principaux engagements pendant la campagne a été de déposer un projet de loi privé pour officialiser le statut bilingue de la Ville d'Ottawa. Si les chances que cela n'aboutisse sont minces, cela forcera à tout le moins plusieurs décideurs à se mouiller. En ce sens, il s'agit d'une fort bonne idée. Souhaitons que la nouvelle députée ne l'oublie pas en route vers Queen's Park.

Le gouvernement de Mme Wynne « a perdu sa boussole », accusait André Marin. Il a raison. Sauf pour les francophones se sont encore dits, hier, que les libéraux sont toujours le principal véhicule de leurs aspirations en Ontario.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer