Bien difficile à comprendre

ÉDITORIAL / Trois attaques en moins de 18 mois sur la France.... (Tiziana Fabi, AFP)

Agrandir

Tiziana Fabi, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / Trois attaques en moins de 18 mois sur la France. Nice, Paris-Le Bataclan, Paris-Charlie Hebdo. Ce serait trop pour n'importe quel pays. Le fait que ce soit la France, si culturellement proche du Canada français, touche ici avec une acuité bien plus grande.

Évidemment, tout le monde se met à la recherche d'éclaircissements qui permettraient de comprendre le pourquoi du geste. Pendant les 24 heures qui ont suivi l'attaque sur la promenade des Anglais, à Nice, le soir de la Fête nationale, les forces de l'ordre, la classe politique et les médias ont fouillé de tous les côtés pour échafauder une explication qui jetterait un peu de lumière sur cette attaque encore une fois si meurtrière et si gratuite.

Il semble que ce ne soit qu'une personne dérangée, au passé un peu sombre, qui ait cédé à d'incompréhensibles pulsions de destruction. Ceux qui y perçoivent une influence terroriste à la sauce d'al-Qaïda, d'État islamique ou autre, n'ont rien encore pu démontrer. 

Au cours des prochains jours, les autorités policières et de sécurité intérieure feront une analyse complète de toutes les procédures qui auraient pu faciliter l'attentat. Déjà, plusieurs se sont demandé comment un poids lourd avait pu se tailler un chemin jusque sur cette avenue mythique, gardée à toutes les intersections. Y a-t-il eu bris de sécurité? Les clôtures métalliques amovibles auraient-elles dû être remplacées par des murets de béton, au moins le jour du 14 juillet alors que des milliers de personnes se massent le long de la baie pour assister aux feux d'artifice?

Chose certaine, la population assistera à un resserrement des procédures de sécurité, en France et ailleurs. 

Nul doute qu'à Ottawa, où l'on planche sur les fêtes du 150e anniversaire de la Confédération, en 2017, des spécialistes réviseront leurs plans de vigilance pour tuer dans l'oeuf toute attaque qui voudrait s'inspirer de Nice, si l'on n'y avait pas déjà songé.

La France, pays des Lumières, pays des libertés, trois fois la cible de tueries. Y a-t-il un lien? Certains le croient. C'est aussi le pays qui, plus que tous les autres et avant tous les autres, a séparé Église et État il y a plus d'un siècle maintenant. Parallèlement, nous vivons dans un monde où l'interaction des cultures et des religions est plus fertile que jamais. Cela est particulièrement vrai du Canada et notre histoire collective semble plus paisible.

La France a vécu, elle le reconnaît, des difficultés avec l'intégration des immigrants, à la fois au plan économique et culturel. Les tensions des banlieues de Paris ont largement fait la manchette. Et celles de Marseille; on a révélé ces dernières heures que Nice aussi était un foyer de tensions où les forces de sécurité auraient déjoué plusieurs complots dernièrement. 

Cela survient dans un climat politique tendu. Le président François Hollande est affaibli, les tensions au sein de son gouvernement sont nombreuses pendant que l'économie est mise à mal. L'avenir est incertain devant une montée du Front national qui a fait de la lutte à l'immigration son fer-de-lance. Cela n'explique pas directement l'attentat de Nice mais soulève des questions sur la route empruntée par la France.

Au lendemain du carnage de Nice, tous cherchent des réponses. Mais chacune soulève de nouvelles questions. Ce monde du 21e siècle est décidément bien difficile à comprendre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer