Oui à Bombardier

Bombardier a signé deux importants contrats pour son... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Bombardier a signé deux importants contrats pour son CSeries avec Air Canada et Delta Airlines. L'entreprise québécoise est maintenant prête à une mise en production de l'appareil.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / Le gouvernement fédéral doit-il appuyer financièrement Bombardier ? Le milliard de dollars que la société aéronautique quémande suffira-t-il à lancer son nouvel avion de la série C ?

Oui et non.

Oui à un appui, même s'il en faudra toujours plus à Bombardier qui s'est embarqué dans un très onéreux projet en voulant concevoir une toute nouvelle gamme d'aéronefs.

Ottawa doit appuyer Bombardier pour diverses raisons. Parce que tous les pays qui comptent sur des constructeurs d'avion leur versent de généreuses aides de toutes sortes. L'Europe avec Airbus, les États-Unis avec Boeing, le Brésil avec Embraer, et bientôt la Chine, tous deviennent des partenaires d'affaires qui partagent une part des énormes risques financiers de ce secteur. Parce que l'aéronautique constitue une industrie qui crée 28 000 excellents emplois à forte rémunération : des ingénieurs et des techniciens qui sont parmi les leaders dans l'utilisation de matériaux et la conception d'assemblage novateurs qui deviennent une source de fierté nationale. Parce que le Canada a depuis longtemps compté sur un secteur aéronautique de pointe -- pensons aux avions-citernes, aux Challenger, à l'Avro Arrow -- qu'il serait ridicule de fermer sans lui offrir toutes les chances de faire sa marque dans ce domaine très compétitif.

Aussi parce que l'aéronautique représente au Québec moderne ce que l'industrie automobile vaut en Ontario. 

En octobre 2015, le Québec a appuyé Bombardier Aéronautique à hauteur de 1,3 milliard $ : plusieurs parlaient alors d'un pari risqué. Le gouvernement de Philippe Couillard a traversé un fort vent de face nourri par les partis d'opposition à l'Assemblée nationale. Québec a exhorté le fédéral à l'imiter dans sa profession de foi.

À peine élu, le gouvernement de Justin Trudeau a voulu prendre son temps. Cela se comprend. Il est maintenant temps d'aller de l'avant.

Les négociations paraissent plus ardues avec Ottawa qu'avec Québec. Le fédéral est bien placé pour imposer quelques conditions bien avisées. La structure d'actionnariat de Bombardier concentre les décisions de l'entreprise dans les mains de six personnes de la famille Bombardier-Beaudoin ; si cela peut protéger d'une prise de contrôle hostile, cela n'assure pas nécessairement d'une gouvernance optimale pour les actionnaires et les gouvernements qui injectent des millions au nom des contribuables.

Il appert que d'intenses négociations sont encore en cours, et qu'une première offre d'Ottawa, en avril dernier, aurait été refusée. Tout cela est de bonne guerre.

Ces semaines-ci, l'industrie aéronautique a ses grands rendez-vous. Celui de Farnborough, cette semaine, précédé par celui du Bourget, en France, à la mi-juin. Souvent, les entreprises en profitent pour annoncer d'énormes contrats à coup de milliards. Le patron de Bombardier, Alain Bellemare, a diminué les attentes. Les coups d'éclat iront aux autres. Cela ne signifie pas que Bombardier soit en mauvaise posture. 

Les grandes compagnies aériennes se remettent progressivement des contrecoups de l'attaque terroriste du 11 septembre 2001 (et de plusieurs qui ont suivi, comme la toute récente en Turquie), qui ont refroidi les ardeurs des voyageurs. La crise financière de 2008 lui a aussi porté un dur coup. 

Le pari de la CSeries en est un de longue haleine dont les bénéfices ne viendront pas avant quelques années encore. Il n'est pas le temps de céder à la panique, mais d'appuyer une entreprise de chez nous qui doit compter sur des partenaires solides comme les gouvernements. Comme tous ses compétiteurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer