Le mince héritage de Stephen Harper

Si la nouvelle se confirme, Stephen Harper marquera... (Édouard Plante-Fréchette, Archives La Presse)

Agrandir

Si la nouvelle se confirme, Stephen Harper marquera la fin de sa vie publique, après 14 années comme député de Calgary-Heritage et plus de neuf années comme premier ministre.

Édouard Plante-Fréchette, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / Stephen Harper quitterait son poste de député avant l'automne. Ce passage marquerait la fin de sa vie publique, après 14 années comme député de Calgary-Heritage et plus de neuf années comme premier ministre.

La nouvelle, non confirmée, tombe sous le sens.

Il s'est imposé un silence depuis la défaite de son Parti conservateur aux élections fédérales du 19 octobre dernier. Mais il s'apprête à prendre la parole alors que le PC tiendra une convention nationale dès jeudi à Vancouver.

Ce trait qu'il tire sur plus de deux décennies de vie parlementaire - il avait aussi siégé entre 1993 et 1997 sous la bannière du Reform Party - offre l'occasion de revenir sur son legs politique.

D'abord, il a su habilement manoeuvrer pour unir les forces de la droite au début des années 2000, alors que le Parti libéral semblait indélogeable. Ce n'était pas qu'une mince tâche d'aplanir les différences d'opinion entre réformistes et «vieux bleus» de la mouvance de Brian Mulroney. Certains soutiennent que c'est justement la fragilité de la coalition de droite rebaptisée Parti conservateur qui a expliqué la main de fer et le fort ascendant qu'il a exercé pendant ses années comme premier ministre. Cela a aussi donné un PC suspicieux de toute ombre de dissidence, mais aussi un parti calculateur pour bâtir son pouvoir sur un clientélisme parfois ridicule, et une manipulation des règles électorales qui ont travesti notre démocratie. 

Il a fait des mots «impôt» et «taxes» des mantras utilisés pour effrayer l'opposition, à plus forte raison que l'économie a déraillé avec la crise de 2008. Cet héritage ne lui aura pas survécu: les libéraux de Justin Trudeau ont démontré que 10 années de ce discours n'avaient pas inoculé les Canadiens à ce point. Il faut donc chercher ailleurs le grand héritage de M. Harper.

On ne le trouvera pas non plus dans la réconciliation nationale, lui qui disait respecter l'autonomie des provinces. Si le Québec a calmé ses ardeurs souverainistes, cela n'avait rien à voir avec la reconnaissance factice des «Québécois formant une nation dans un Canada uni», mais un essoufflement des nationalistes au Québec, caractérisé par des années sombres pour le Parti québécois et l'anéantissement du Bloc québécois en 2011. M. Harper a plutôt manoeuvré au-dessus des intérêts des provinces, dans son seul intérêt.

Plusieurs des virages qu'il a imprimés au Canada apparaissent aujourd'hui moins permanents qu'anticipés à l'époque. Sa politique extérieure pro-Israël et anti-Russie, tout comme son biais anti-environnement, ne résisteront pas aux assauts des libéraux. Il n'aura pas laissé un seul pipeline pour aider le secteur pétrolier de son Alberta chérie. Son obsession de la royauté britannique et du passé militaire canadien demeureront au rang de notes de bas de page.

Le Parti conservateur n'a même pas attendu que M. Harper parte pour reconnaître qu'il doit être plus moderne, plus ouvert aux minorités, plus vert. C'est dire combien tout cela reposait sur du vent.

Une seule mesure demeurera bien ancrée: la baisse de la TPS de 7% à 5%. Le parti qui voudra la renverser risquera la défaite électorale.

Même s'il y avait un large consensus qu'il s'agissait d'une mauvaise idée qui ne répartissait pas la richesse, la TPS sera la muraille de Stephen Harper. Visible sur toutes les transactions des Canadiens, elle provoque la grogne... et c'est justement pourquoi le chef conservateur, en mal de popularité en 2006-2007, l'avait abaissée.

Bien mince comme legs, finalement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer