Des universités timidement vertes

Lundi, des manifestants ont assisté à la réunion... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Lundi, des manifestants ont assisté à la réunion du Bureau des gouverneurs de l'Université d'Ottawa pour demander que l'institution retire ses placements dans les industries fossiles.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / Une université verte? Qu'est-ce que ça veut dire au juste? La question mérite d'être posée au lendemain du sommet de Paris sur les changements climatiques. La réponse n'est pas unique: il existe déjà des dizaines d'initiatives que des universités aux quatre coins du monde ont mises de l'avant pour réduire leur empreinte environnementale.

Il ne faut pas se surprendre que ce soit dans les institutions d'enseignement, et tout particulièrement les universités, que le mouvement vert prenne de l'ampleur. On y retrouve une population étudiante qui s'apprête à prendre les rênes des pays. Ces jeunes sont les plus conscientisés à l'effet que le monde dont ils hériteront sous peu pèse sous la menace des changements climatiques. Ils doivent ainsi réécrire les pratiques éthiques, commerciales, sociales et administratives et tenir compte de ce nouvel état de fait.

Déjà, ils agissent autour d'eux et localement, exhortaient depuis plusieurs années l'Université d'Ottawa à agir sur quelques plans précis.

Il s'agissait de mesures éparses, jamais négligeables mais à l'effet souvent limité ou difficilement mesurable. Éliminer la vente de bouteilles d'eau sur le campus ne changera pas le monde. Fournir des passes d'autobus changera les habitudes d'une minorité, et pour une courte période. Bâtir un mur de plantes vertes, c'est joli, mais son effet est circonscrit dans l'espace.   

Cette semaine, l'Université d'Ottawa a dévoilé une autre série d'initiatives qui lui donneront quelques points de plus aux classements des universités vertes du monde, comme UI GreenMetric. Encore une fois, c'est bien, mais il faudra plus que ça.

L'institution dirigée par Allan Rock vise devenir un «campus sans déchets». L'embauche d'un ingénieur spécialisé en économie d'énergie devrait permettre de dépenser moins de sous et d'émettre moins de gaz à effets de serre en dépit d'une population étudiante croissante et d'un campus en constante expansion.

La troisième roue de l'approche est de revoir la gestion des fonds de réserve de l'Université d'Ottawa. À Ottawa, on parle de quelque 95 millions $ investis dans divers véhicules de placement. Après 18 mois d'études - les universitaires pensent beaucoup, mais pas vite -, il a été convenu que d'ici 2030, 30% du portefeuille de placements serait déplacé vers des investissements loin des industries des combustibles fossiles.

Il ne faut pas brusquer les placements, mais un horizon de 14 ans est trois fois trop long. Moins du tiers du portefeuille? L'objectif est trop modeste: c'est 100% des sommes qui doivent être mieux investies. Et on n'évitera que les industries des combustibles fossiles? La politique est timide: c'est toute une vision d'investissements éthiques qui devrait être mise de l'avant. Investir dans des minières aux pratiques environnementales douteuses, qui ne respectent pas les droits des travailleurs, voilà qui est tout aussi répréhensible. Placer son argent dans des substances nocives comme le tabac ne vaut pas mieux.  

À travers le monde, des universités s'approvisionnent d'aliments locaux et biologiques dans la mesure du possible, ont leur flotte de vélos en libre-service, utilisent la géothermie et d'autres sources d'énergie verte, encouragent le covoiturage, traitent les eaux de pluie qui arrosent des jardins communautaires, etc.

L'Université d'Ottawa fait bien, mais peut faire plus - et plus vite.

C'est quand même mieux que les universités Carleton, Saint-Paul ou l'Université du Québec en Outaouais, dont l'immobilisme est plus évident depuis la sortie de l'Université d'Ottawa. Sans parler des collèges...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer