Des accords menaçants

Avec la signature officielle du traité du PTP,... (Paul Handley, Archives AFP)

Agrandir

Avec la signature officielle du traité du PTP, le Canada s'apprête à intégrer une nouvelle zone de libre-échange, formée de 12 pays du pourtour de l'océan Pacifique.

Paul Handley, Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / Avec la signature officielle du traité du Partenariat transpacifique (PTP), le mois dernier, le Canada s'apprête à intégrer une nouvelle zone de libre-échange, formée de 12 pays du pourtour de l'océan Pacifique. Cela réduira les barrières tarifaires entre le Canada et l'Australie, le Brunéi, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour, les États-Unis et le Vietnam.

Parallèlement, le Canada finalise un traité similaire avec 28 pays de l'Union européenne, l'Accord économique et commercial global (AECG).

Ces discussions ne sont pas nouvelles pour les Canadiens. Ils se souviendront d'une autre entente bien connue, l'Accord sur le libre-échange avec les États-Unis, en 1988, élargie quatre ans plus tard pour inclure le Mexique. Il s'agit de l'ALÉNA.

Il est moins connu qu'Ottawa a conclu depuis plusieurs autres ententes bipartites. Sous Stephen Harper, le Canada en a signé avec le Pérou, la Colombie, la Jordanie, Panama, le Honduras et la Corée du Sud. C'est donc dire que le Canada a aplani les obstacles commerciaux avec au moins 45 des quelque 200 pays du monde, mais l'essentiel des pays occidentaux et des pays à fort potentiel économique. 

Au fur et à mesure que le Canada avance dans cette direction, trois interrogations surgissent chaque fois avec plus d'acuité. D'abord, le caractère aujourd'hui très secret des négociations. Puis la menace sur notre souveraineté et troisièmement, l'effet progressivement diminutif de multiples traités.

Quand tant de pays ont leur traité, qui peut se targuer d'être un partenaire privilégié? En Outaouais, le concept de «statut particulier» en santé, qui a perdu de son lustre, fournit un parallèle éclairant; quand plusieurs régions du Québec l'ont obtenu, celui de l'Outaouais avait perdu d'autant de sa valeur. Idem pour les traités commerciaux.

En 1988, des débats épiques ont mené à l'Accord du libre-échange avec les États-Unis. Pendant des mois, les arguments ont fusé sur les bienfaits et les désavantages d'un traité commercial avec notre voisin du sud dont la taille économique et démographique est 10 fois la nôtre. Le négociateur canadien Simon Reisman faisait constamment la manchette. L'élection fédérale de 1988 s'est toute jouée sur cette question. 

Qui parle aujourd'hui des tractations autour du PTP et de l'AECG?

De plus en plus, ces discussions se déroulent à l'abri des regards. Cela ne fait qu'augmenter la suspicion dans certains milieux, entre autres syndicaux. Ils craignent, avec raison, un nivellement par le bas de plusieurs de nos programmes sociaux, de normes environnementales, de nos garde-fous culturels et commerciaux, etc. Cela est à prévoir quand nous négocions avec des pays où la démocratie est encore un projet, où le droit du public à l'information n'existe à peu près pas, où les lois du travail sont presqu'inexistantes, et le filet social un concept étranger.

Ce n'est pas de la politique-fiction: des multinationales ont déjà contesté des règlements que des pays se sont donnés, sous prétexte que cela limitait l'accès aux marchés et leur «droit» d'y faire librement des affaires. 

Le flou total perpétué par le fédéral nourrit la confusion et les théories du complot. Il profiterait mieux à tous d'informer les Canadiens de l'état des négociations et des positions de tous sur les enjeux, si l'on veut que la population respecte le processus et son aboutissement.

Cela est préférable à la confiance aveugle que nos dirigeants souhaitent des populations qui en subiront nécessairement les impacts, positifs et négatifs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer