Les salaires des élus

Dans l'ensemble, le rapport L'Heureux-Dubé propose un rééquilibrage... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Dans l'ensemble, le rapport L'Heureux-Dubé propose un rééquilibrage de la rémunération des élus quasiment à coût nul. En fait, les contribuables économiseraient 420000$ si tout était adopté en bloc.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / Il n'y a jamais de bon moment pour discuter de hausses de salaire des élus. La question suscite toujours son lot de critiques. Il faut y voir un jour... mais en choisissant ces jours-ci, le gouvernement de Philippe Couillard part sur une mauvaise piste.

Québec négocie très serré avec les employés de l'État, à qui il a proposé une augmentation salariale de 3% sur cinq ans, alors que les demandes syndicales se chiffrent à 13,5%. Les travailleurs sont dans la rue.

En plus, le gouvernement poursuit une importante politique d'austérité pour tous les services publics, dans l'espoir d'atteindre l'objectif du déficit zéro dès cette année. Cela signifie qu'en plus des employés de l'État, toute la population est confrontée à des services réduits, particulièrement en éducation et en santé.

C'est une fois de plus le mauvais moment pour déterrer le rapport indépendant des juges Claire L'Heureux-Dubé et Claude Bisson, qui avait été rendu public en novembre 2013. Deux ans plus tard, le temps n'est toujours pas venu de le mettre en place, mais le gouvernement Couillard ne devrait pas attendre bien longtemps. Une fois réglée la négociation collective et la poussière retombée, il devrait dans quelques mois le remettre à l'ordre du jour.

Les politiciens se classent bien bas dans l'échelle de crédibilité des contribuables. Ils démontrent ainsi bien peu d'enthousiasme à l'idée que les salaires qu'ils versent à leurs représentants soient majorés de quelque façon que ce soit. Pour une majorité de citoyens, les politiciens leur coûtent toujours trop cher pour leur contribution. Cela est une fausse impression qui confond l'approbation des mesures parfois controversées que les élus doivent mettre en place, et la valeur monétaire que leur travail représente tant en lui-même qu'en comparaison avec celle que des responsabilités équivalentes dans le secteur privé méritent.

Le rapport L'Heureux-Dubé a examiné la rémunération des politiciens de l'Assemblée nationale sous toutes ses coutures. On a comparé les mesures qui sont mises en place dans les autres législatures canadiennes. Le document propose ainsi un train de modifications qui touchent entre autres les salaires des députés, l'allocation de transition (que plusieurs équivalent à une prime de départ) et le régime de retraite. En jouant sur chacun de ces vases communicants, le rapport suggère de nombreuses modifications qui ne peuvent être mises en place à la pièce.

«Tous ces éléments font partie de la rémunération globale et doivent être considérés les uns avec les autres», peut-on y lire.

C'est ainsi que le député Bernard Drainville fait preuve d'une bien triste mauvaise foi lorsqu'il isole la seule augmentation de salaire de 31% sans tenir compte de l'élimination de l'allocation de dépense non imposable de 16 027$ des élus, ni la ponction supplémentaire de quelque 4000$ pour le régime de retraite. Mais compte tenu de sa rhétorique dans le dossier de la charte des valeurs, en 2013, l'homme n'a pas fini de décevoir.

Dans l'ensemble, le rapport L'Heureux-Dubé propose un rééquilibrage de la rémunération des élus quasiment à coût nul. En fait, les contribuables économiseraient 420 000$ si tout était adopté en bloc.

Les subtilités du dossier et le contexte politique des négociations collectives exigent cependant que cette réforme soit replacée sur la tablette. Mais pour quelques mois seulement. Les électeurs ne doivent pas oublier qu'une rémunération juste et équitable est l'un des remparts à la corruption.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer