Victimes autochtones (1)

ÉDITORIAL / Les violences racontées par trois femmes... (Erick Labbé, Le Soleil)

Agrandir

Erick Labbé, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / Les violences racontées par trois femmes autochtones, à Val-d'Or, ne doivent pas sombrer dans l'oubli.

Le temps semble plus pertinent que jamais pour faire la lumière - autant que faire se peut - sur ce qui a pu vraiment se passer en Abitibi. De la même manière qu'il faut éclaircir les circonstances de ces centaines d'autres victimes autochtones disparues ou assassinées depuis 30 ans.

Dans la plus récente série d'agressions alléguées, celles de Val-d'Or ont l'avantage d'avoir été rapportées par des victimes connues et identifiées, dont nous devons saluer l'énorme courage de se révéler en plein jour.

Ce qui complique l'affaire, c'est que les agresseurs présumés seraient des agents de la Sûreté du Québec (qui ne sont encore accusés de rien formellement).

Le gouvernement du Québec a confié l'enquête au Service de police de la Ville de Montréal pour éviter que les victimes n'aient à collaborer avec des collègues de ceux qui pourraient les avoir abusées.

Mais ce n'est pas suffisant. Il faut un regard indépendant sur l'enquête, ce qu'a finalement accepté le premier ministre Philippe Couillard.

Si notre système de justice fait rarement défaut, il faut accepter que cette «justice des Blancs» n'a pas le même poids pour les membres des Premières Nations. Uniforme bleu, noir ou vert, tout cela se ressemble pas mal à leurs yeux. Leur méfiance est justifiée et c'est à l'État d'adapter sa réponse.

LeDroit a à quelques reprises regretté l'absence au Québec d'un corps indépendant comme l'Unité des enquêtes spéciales de l'Ontario, chargée de faire la lumière sur tout épisode de violence impliquant un policier. Dans le cas de Val-d'Or, une telle unité se serait avérée bien utile. Mais il y a lumière au bout du tunnel. Québec travaille à la création du Bureau d'enquêtes indépendantes, prévu pour le printemps 2016.

En attendant, M. Couillard a donc tempéré le coup en annonçant la nomination d'un «observateur» indépendant - probablement un juge à la retraite, son identité n'étant pas encore connue - qui accompagnera tout le processus d'enquête. Cette présence de membres de la société civile est justement ce qui donne de la valeur aux conclusions de l'Unité des enquêtes spéciales de l'Ontario.

Québec n'a qu'une responsabilité limitée avec les peuples des Premières Nations, dont les relations relèvent du gouvernement fédéral. M. Couillard et sa ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, doivent ainsi limiter leur mandat à ce qui relève de son gouvernement, c'est-à-dire faire la lumière sur les agissements de la Sûreté du Québec à Val-d'Or (tout en tendant l'oreille sur d'autres régions).

Cette enquête sera très difficile. Une chape de silence entoure les agressions de nature sexuelle et la réputation de policiers dans une communauté où les relations entre Blancs et Autochtones sont déjà teintées d'un mélange de préjugés et de vérités racistes difficiles à reconnaître.

Sans diminuer l'horreur des gestes que les victimes assurent avoir subis, la crédibilité de ces dernières sera mise à dure épreuve dans cette amorce de processus juridique qui doit respecter autant l'honneur des victimes que les droits des accusés. Il est une chose de témoigner devant des caméras de télévision comme trois femmes l'ont fait pour l'émission Enquête, à Radio-Canada, il en est une autre de convaincre un magistrat rompu aux procédures des tribunaux. Mais il est temps que la vérité soit faite.

(Samedi: le rôle du fédéral.)

Partager

À lire aussi

  • Pierre Jury | <em>Victimes autochtones (2)</em>

    Pierre Jury

    Victimes autochtones (2)

    ÉDITORIAL / Les accusations d'agressions sexuelles par des policiers de la Sûreté du Québec sur des Autochtones à Val-d'Or tombent... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer