Refaire ses devoirs

La livraison du courrier demeure morcelée: elle n'est... (Archives, La Presse)

Agrandir

La livraison du courrier demeure morcelée: elle n'est pas assurée dans les nouveaux quartiers, ce qui fait que le service est profondément inégal d'un océan à l'autre, d'un secteur à l'autre.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / Le nouveau gouvernement libéral a rapidement fait passer son message à Postes Canada... qui a vite compris qu'elle devait mettre les nouvelles boîtes communautaires sur la glace. Ce qui ne veut pas dire que tout reviendra comme avant à la société d'État.

La Société canadienne des postes est confrontée aux mêmes défis après le 19 octobre qu'avant. Le volume de courrier continue de diminuer, ses revenus sont en baisse malgré une hausse du prix des timbres. Après une décennie de modestes profits, on nage dans l'encre rouge. Que faire?

Du même coup, le service de la poste est une présence fédérale connue de tous et appréciée par un grand nombre. Sous une forme ou une autre, elle existe depuis bientôt 250 ans. Faut-il y aller avec les grands moyens parce que les communications électroniques l'ont rendue de moins en moins pertinente? Elle doit se réinventer. D'autres suggèrent carrément de privatiser Postes Canada en croyant que le secteur privé saura mieux faire que le secteur public, ce qui est un non-sens: les économies que le privé pourrait générer ne se feraient pas nécessairement sans une hausse des frais aux usagers, une réduction massive des services et/ou une des conditions de travail de ses 70 000 employés aux quatre coins du pays.

De fait, la simple décision de mettre fin à la livraison à domicile, il y a deux ans, s'est avérée l'une des plus grandes réformes de la société d'État. Une réforme très difficile que les dirigeants de Postes Canada n'ont pas rendue plus facile. La manière qu'ils ont mené l'installation des boîtes communautaires a provoqué un tollé qui a irrité les propriétaires de terrains privés et les municipalités qui ont vu ces équipements collectifs éclore dans le paysage sans une réelle consultation locale. Il n'en a pas fallu davantage pour pousser le Parti libéral à faire de cette transformation un enjeu électoral. Et l'une des premiers messages émanant du gouvernement de Justin Trudeau, avant même son assermentation, le 4 novembre prochain, a été de mettre un frein à l'installation des boîtes communautaires.

Postes Canada n'a que ce qu'elle mérite. Elle a agi en matamore et se fait remettre à sa place.

Maintenant, elle doit prendre le temps de refaire ses devoirs. Elle devrait même réexaminer la perspective d'offrir des services bancaires dans ses succursales. Cela doit être exploré avec le même sérieux que l'option de la privatisation.

Cela dit, la livraison du courrier demeure morcelée: elle n'est pas assurée dans les nouveaux quartiers, ce qui fait que le service est profondément inégal d'un océan à l'autre, d'un secteur à l'autre. Il faut réétudier les freins aux boîtes communautaires, notamment le service aux populations plus vulnérables. Ainsi que comment et où elles peuvent être installées.

Le service de la poste est un service historique pour les Canadiens. Mais c'est de moins en moins un service essentiel dans sa forme actuelle. Le gouvernement conservateur avait donné carte blanche à Postes Canada. En choisissant les libéraux, bien des Canadiens ont voulu envoyer un autre message à leur gouvernement et à la direction de la Société canadienne des postes. Sans tout reprendre les études d'avenir de zéro, Postes Canada doit les revoir et convaincre le gouvernement de Justin Trudeau que ses décisions sont les bonnes, mais qu'elles peuvent être mises en pratique différemment.

En bout de ligne, les boîtes communautaires pourraient continuer de pousser comme des pissenlits un peu partout. Mais avec un jardinier plus conscient de son environnement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer