Sapré niqab!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le niqab, ce voile qui couvre complètement le visage de musulmanes très croyantes, provoque des divisions dans la société canadienne. Même la Cour suprême n'a pu trancher, en 2012, lorsqu'elle a été confrontée avec un procès où la principale témoin tenait à garder son voile complet.

Dans ce contexte, il ne faut pas trop se surprendre que la Cour d'appel ait rejeté rapidement la cause de cette autre musulmane qui voulait participer à la cérémonie de citoyenneté entièrement voilée. Le gouvernement conservateur, flairant une question électorale, s'est opposé. Il a perdu. Il songe maintenant à porter cette autre question devant la Cour suprême. Gageons qu'elle ne voudra pas entendre cette cause, ayant déjà statué sur une affaire bien plus sérieuse qu'une cérémonie protocolaire.

Cependant, l'affaire a de quoi faire réfléchir. En insistant sur le niqab, la Pakistanaise Zunera Ishaq croit envoyer le message que sa religion importe plus que les coutumes du Canada. Les Canadiens, par contre, comprennent que son choix personnel vaut plus que ses efforts d'intégration.

Et au fond, ils ont raison... Le niqab n'a pas sa place dans la société canadienne, bien qu'au nom de la liberté de religion, il soit impossible de l'interdire par la loi. Mais il y a la loi, et il y a les coutumes. Comme le maintient Mme Ishaq.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer