La France, le 14 juillet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le 14 juillet, jour commémorant la prise de la Bastille, la France célèbre son passé et son présent. En cette journée, la République française affirme fièrement son importance, pour elle-même, pour l'Europe et pour le monde tout entier.

La France n'a pas la puissance militaire des États-Unis, n'a pas la taille de la Russie, n'a pas la population de la Chine. Les 66 millions de Français habitent un petit pays - du moins, vu du Canada - mais ensemble exercent une influence bien plus considérable. On l'a constaté encore cette semaine avec l'improbable règlement entre la Grèce et l'Union européenne.

Évidemment, le prisme du quotidien ne fait voir que les problèmes dont la France peine à relever. Oui, la République est un pays complexe à gouverner, avec une forte résistance au changement et des difficultés économiques à l'image de toute l'Europe. Mais en ce 14 juillet, soulignons plutôt les succès de la France, ainsi que ses potentialités.

Les Français sont des gens curieux qui, sans doute en raison de leur gloire coloniale passée, s'intéressent plus que quiconque à tout ce qui se passe hors de leurs frontières. Certes, ils n'ont pas su garder l'Amérique du nord dans leur empire, et les francophones du Canada leur en voudront toujours un peu de cet abandon, il y a trois siècles et demi. Mais par les autres territoires qu'elle a conservés, la France a maintenu un intérêt dans les Caraïbes et dans le Pacifique sud. Ses liens avec l'Afrique (noire comme celle du nord) sont bien connus, peu importe ses motivations. Au final, la France joue donc un rôle géopolitique mondial bien plus influent que sa taille démographique, géographique et économique ne le laisserait croire.

En raison des liens linguistiques et culturels, le Québec a depuis plus de 50 ans occupé une place prépondérante dans l'esprit de la France et de ses dirigeants. Les francophones hors-Québec n'ont pas joui d'une semblable reconnaissance. Les Français qui s'établissent sur nos terres ont le réflexe de considérer le Canada comme une occasion d'apprendre l'anglais et d'occuper un point de vue pour observer les Américains qu'ils aiment et détestent à la fois. Mais ce faisant, ces Français tournent le dos aux communautés francophones minoritaires qui, au départ, se réjouissaient à l'idée de voir leur nombre grossir.

Les Français pourraient donc être de meilleurs alliés dans la défense de la langue de Molière au Canada, en Amérique... et même en France oserons-nous dire!

L'économie peut aussi jouer un rôle dans cette défense culturelle. Si la moitié des échanges économiques franco-canadiens sont dirigés vers le Québec, l'intérêt de sociétés françaises dans le domaine énergétique de l'Alberta, notamment, défriche de nouveaux territoires. Lors de sa visite, en novembre dernier, le président François Hollande y est allé, et ce n'était pas que pour admirer les Rocheuses. Un nouveau partenariat économique se dessine et la France fait bien de vouloir en profiter.

Entre-temps, le 14 juillet au Canada est une occasion de déguster ces produits typiques que sont le champagne, la baguette et le fromage. C'est aussi celle de célébrer les liens historiques entre nos deux pays et nos cultures communes, et surtout de le faire en français, langue et culture qui subissent des assauts constants en Amérique et pour lesquels nous comptons sur nos cousins pour les faire prospérer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer