Une loi inutile

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On peut faire des lois pour n'importe quoi, mais la réalité impose parfois des choix que l'on n'anticipait pas auparavant.

Le ministre des Finances est revenu à la charge, hier, avec son idée d'une loi pour interdire les déficits par le gouvernement fédéral. Une loi inutile que la plupart des provinces du Canada, dont l'Ontario, ont déjà promulguées... avant de les retirer quelques années plus tard.

Les conservateurs devraient consacrer leurs efforts législatifs ailleurs plutôt que de faire perdre le temps de tout le monde.

Mais on se doute bien de la vraie raison derrière ce projet de loi : à première vue, ça semble une bonne idée. Et comme il y a des élections en vue cet automne, qui voudra s'opposer à ce qui semble une bonne idée ?

En Ontario, le gouvernement conservateur de Mike Harris l'avait adopté en fanfare avec le nouveau millénaire, une fois qu'il avait éliminé le déficit de 11 milliards $ qu'il avait hérité des néo-démocrates de Bob Rae. En 2003, quand les libéraux de Dalton McGuinty sont arrivés au pouvoir, ils ont rapidement biffé cette loi sur l'équilibre budgétaire, accusant au passage les Bleus de leur avoir légués un sombre passif financier.

Une guerre, une crise économique, ou même une simple récession, voilà qui suffit pour débalancer les finances publiques. Les troupes de Stephen Harper ont elles-mêmes créé le plus gros déficit de l'histoire - 55,6 milliards $ en 2009 -, la preuve que les événements forcent même les plus grands adversaires aux déficits à en faire.

Les conservateurs sont majoritaires aux Communes : aucun parti d'opposition ne peut bloquer ce projet de loi inutile. Mais personne ne sera dupe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer