Ottawa en 2015

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trois thèmes principaux devraient attirer l'attention des gens de la capitale en 2015. La planification du 150e anniversaire de la Confédération, les projets d'infrastructure majeurs (au nombre de quatre) et le bilinguisme d'Ottawa. Malheureusement, le maire Jim Watson - plébiscité à hauteur de 76 % lors des récentes élections municipales - ne partage pas ces priorités...

Les grands événements comme le 150e se décident des années à l'avance. À deux ans d'avis, 2015 est le dernier moment pour jouer toutes ses cartes. Le maire Watson vise un trio d'événements : la tenue du match de la coupe Grey en novembre, la présentation des prix Juno, et la tenue d'un match à l'extérieur par la Ligue nationale de hockey. Ils devront obligatoirement débloquer au cours de 12 prochains mois; après, il sera bien tard.

Mais le maire Watson n'a pas les rêves ambitieux. Accueillir ces événements, c'est bien, mais c'est bien peu pour commémorer le 150e anniversaire d'un pays. Des pays se dotent de grands musées, d'infrastructures incontournables - pensez à la tour Eiffel! -; Ottawa doit rêver mieux et plus grand.

De tels rêves débordent dans l'autre thème de 2015, les projets d'infrastructures. Il y en a d'ambitieux, comme le nettoyage des déversements dans la rivière des Outaouais, mais cela n'a pas l'envergure d'un anniversaire historique. Ni la construction d'une nouvelle bibliothèque centrale, qui pourrait finalement se confirmer en cours d'année.

Le projet de train léger est sans aucun doute celui qui métamorphosera la capitale. Ce corridor de transport en commun de 12,5 km entre la station Blair et le pré Tunney, via un tunnel de 2,5 km sous le centre-ville, permettra à des milliers de résidents de se sevrer de leurs automobiles et reverdir encore plus Ottawa. Malheureusement, le train léger ne doit être inauguré qu'en 2018...

En 2015, les gouvernements échangeront sur une phase II de ce train léger; il ne reste que le fédéral à convaincre. À surveiller donc, surtout que le gouvernement conservateur dégagera ses premiers surplus budgétaires en 2015, et que les infrastructures sont un bon moyen de stimuler l'économie. Si le « maire fantôme » d'Ottawa est d'accord, les chances sont bonnes. Nous parlons évidemment de John Baird, le grand manitou des questions de la capitale au sein de son gouvernement.

Mais les conservateurs ne sont pas particulièrement généreux envers la capitale, surnommée « Fat City » par plusieurs fidèles de la droite qui combattent les impôts avec force. Et comme Ottawa incarne les impôts fédéraux, la capitale n'a pas grâce à leurs yeux. Il faut souhaiter que le gouvernement saura regarder au-delà de cette perspective réductrice pour doter la capitale d'infrastructures dignes de son statut. M. Baird a déjà fermé la porte à un nouveau Musée des sciences et de la technologie - une erreur. Aux États-Unis, peste-t-on contre la beauté de Washington? De Paris, en France? De Rome, en Italie? Pourquoi nourrir cette méfiance face à la capitale du Canada?

Pour les francophones, Ottawa peine encore à incarner la capitale accueillante qu'elle devrait être. Bien des Québécois n'ont aucune attente linguistique dès qu'ils franchissent la rivière des Outaouais. Ils mettent les pieds dans ce qu'ils appellent de plus en plus le ROC, pour « Rest of Canada », et ce Canada est anglophone à leurs yeux. Plusieurs combattent cette vision unilingue de la capitale qui devrait incarner les deux grandes nations fondatrices du pays (sans parler des Premières nations). Une poignée de bénévoles se sont regroupés sous le vocable Ottawa bilingue mais leur mission est parsemée d'écueils. Un décideur devra les appuyer et porter le flambeau d'une capitale officiellement bilingue. Quelqu'un du pouvoir doit incarner ces valeurs d'une capitale moderne. Sans chef de file, le rêve des francophones tombera à plat. Cette personne pourrait se révéler en 2015. À suivre.

Mardi : Gatineau en 2015

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer