S.O.S. CJE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Personne au Québec ne connaît mieux les carrefours jeunesse-emploi (CJE) que Martine Morissette. Parce que c'est cette Gatinoise d'adoption qui les a inventés !

C'était en 1983, il y a déjà plus de 30 ans, le CJE de l'Outaouais dessert maintenant les « enfants », au sens figuré, de ses premiers bénéficiaires. Mme Morissette était là au début et elle y est toujours, consacrant l'essentiel de sa carrière professionnelle à redonner espoir aux jeunes.

Le modèle des carrefours jeunesse-emploi a tant séduit Jacques Parizeau (et son épouse Lisette Lapointe) pendant sa campagne électorale en 1993 qu'aussitôt élu, il l'a chargée d'essaimer ce modèle d'outil de développement communautaire aux quatre coins du Québec. Elle a relevé le défi, s'expatriant pendant 18 mois à Québec pour préparer la naissance de 110 autres CJE.

Récemment, le gouvernement libéral a mis les CJE - comme bien d'autres structures de l'État québécois - dans sa mire de réformes.

Et comme pour d'autres structures de l'État québécois, le gouvernement de Philippe Couillard a été discret quant aux justifications qui sous-tendent ce virage qu'il veut imposer à l'édifice sociocommunautaire.

La population regarde cela avec l'air un peu hébété ; elle a de la difficulté à suivre le rythme de toutes ces réformes imposées à la va-vite, à peine six mois après l'élection du 7 avril 2014.

Surtout que personne n'avait douté de la formule des CJE - et de bien d'autres organisations - pendant la campagne électorale.

Le provincial veut recentrer les CJE afin qu'ils ne desservent strictement qu'une clientèle issue de l'aide sociale après le 1er avril 2015. Cela peut se comprendre... mais va à l'encontre de la mission d'origine des carrefours jeunesse-emploi. La beauté de cet outil, c'est justement qu'il ne faisait aucune discrimination entre les jeunes. Tous les 16 à 35 ans étaient reçus avec ouverture, sans idée préconçue. Ils étaient tous bienvenus, tous accueillis avec la même ouverture : « Qu'est-ce que je peux faire pour toi ? »

Tous, jeunes et moins jeunes, peuvent traverser des périodes d'incertitude et d'insécurité dans la vie. C'est déjà difficile de se sentir sans outil et marginalisé quand on a de l'expérience de vie, alors imaginez quand tous ces sentiments vous assaillent pour la première fois.

Ce désarroi personnel et professionnel est souvent nouveau pour les jeunes. Déçus de pas pouvoir trouver un sens à leur vie, isolés, jugés, voire exclus par les pairs et les adultes qui pourraient leur redonner confiance, ils ont peu d'endroits où ils peuvent trouver de l'aide tout en étant reçus à bras ouverts.

Depuis 30 ans, l'accueil des CJE dans toutes les régions du Québec a permis l'expression de milliers de témoignages de reconnaissance de jeunes qui y sont passés. C'est touchant. Et cela conforte que l'État et ses citoyens peuvent faire du bien... et chaque vie à laquelle un petit coup de pouce a redonné un sens rassure quant à la mission de chacun.

Sans compter que chaque citoyen qui émerge des corps de ces jeunes vite jetés dans un monde d'adultes apporte des bénéfices à la société : un indice de bonheur amélioré, une famille naissante, un environnement équilibré pour leurs enfants, même des impôts prélevés à partir de réels emplois !

Les réactions à la menace qui pèse sur les CJE ont été vives. La semaine dernière, un trio d'universitaires des sciences sociales à l'Université du Québec en Outaouais lançait dans les pages du quotidien LeDroit un appel à protéger le filet social que s'est donné le Québec depuis 50 ans. Lundi prochain, une marche de mobilisation est prévue. Y a-t-il un cri d'alarme plus clair que « S.O.S. CJE » ?

Entre-temps, c'était au tour de Martine Morissette de lancer le sien, mercredi. Elle craint l'empressement de tout chambouler « la dimension sociale et les régions au profit de l'économie ».

Le gouvernement Couillard est déterminé, cela se comprend. Mais il est surtout bien pressé, et cela se comprend bien moins.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer