La collaboration

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La bonne entente entre l'Ontario et le Québec est une excellente nouvelle à la fois pour les deux provinces et pour le pays tout entier. Le Canada a tout à gagner de voir ses deux provinces les plus populeuses redevenir les moteurs économiques qu'ils ont déjà été: cela ne peut que mener à plus de richesse collective et à une prospérité partagée pour tous.

Le dialogue collaboratif entre les deux a connu une nouvelle étape, vendredi à Toronto, lors d'une rencontre conjointe des cabinets du Québec et de l'Ontario. Philippe Couillard et Kathleen Wynne en sont sortis avec le sourire et la bonne entente a semblé marquer tous les échanges. Québécois et Ontariens ne peuvent que s'en réjouir. Ensemble, ils représentent 56% du produit intérieur brut du Canada - une proportion qui est en baisse de 4% en à peine 10 ans. Le «dynamique duo» du Canada central a souffert des cinq années de crise économique que nous venons de traverser; les secteurs du bois, des mines et de l'industrie manufacturière ont été malmenés et ont beaucoup ralenti.

Sans pour autant opposer leur alliance renouvelée aux autres provinces, force est de constater que l'énergie fossile est le nouveau moteur économique du Canada et le gouvernement conservateur, qui y a de profondes racines, a tout fait pour en aplanir les obstacles. La construction d'un pipeline à travers le Québec, l'Ontario et le Nouveau-Brunswick par la société TransCanada s'inscrit tout à fait dans cette lignée.

Le renouveau d'un partenariat Québec-Ontario n'a pas à se faire au détriment des provinces de l'Ouest. Que chacun prenne sa place et consacre ses talents à développer sa prospérité.

Ces échanges Ontario-Québec reprennent alors que les deux gouvernements amorcent chacun de nouveaux mandats majoritaires et seront en place d'ici 2018. Ils avaient été amorcés sous Jean Charest et de telles rencontres au sommet avaient eu lieu en 2008, 2009 et 2010. Par la suite, chacune des provinces a eu son lot de crises à gérer, et évidemment, sous les péquistes de Pauline Marois, il y avait peu d'intérêt à montrer que le fédéralisme pouvait amener des dividendes au Québec.

Pour l'essentiel, les engagements demeurent assez vertueux. Les éléments les plus concrets sont l'échange de 500 mégawatts d'énergie, la création d'un groupe de travail des deux monopoles d'État des produits alcoolisés, des initiatives conjointes en tourisme et l'ouverture respectives des marchés publics en infrastructure.

Il s'agit d'un début encourageant, mais encore embryonnaire. Cette porte d'entrée devrait mener à réaliser combien les économies des deux provinces voisines ont davantage en commun: nos réseaux de transport sont inconnectés, nous avons des industries en commun ou complémentaires qui peuvent être mieux harmonisées et réglementées de manière plus intégrée. Il faut trouver d'autres thèmes d'échange et de collaboration.

Impossible de passer sous silence, par ailleurs, la déclaration conjointe des deux premiers ministres sur la Francophonie et sur son importance dans l'émergence du Canada comme nous le connaissons aujourd'hui. En conférence de presse, M. Couillard s'est d'ailleurs adressé aux ministres ontariens en anglais afin d'être bien compris sur ce sujet. Encore là, les propositions s'inscrivent dans la colonne des voeux pieux. Ils ont convenu de rappeler au fédéral l'importance de la Société Radio-Canada pour les francophones, en particulier ceux qui vivent en milieu minoritaire. Cela risque de creuser davantage le fossé entre les conservateurs de Stephen Harper et les provinces. Mais LeDroit, fondé pour défendre le français en Ontario, ne peut sous-estimer l'importance de la collaboration entre le Québec et l'Ontario dans tous les chapitres de l'essor du français.

Encore moins alors que l'Ontario célèbre 400 années de présence francophone en son sein, un anniversaire passé dans l'oubli au Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer