Le musée-boulangerie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Même lors de son ouverture, en 1967, le Musée des sciences et de la technologie était dû pour déménager quelques années plus tard. Ses locaux, dans une ancienne boulangerie, n'étaient que temporaires.

Ce statut « temporaire » s'est étiré sur 50 ans. Et le gouvernement conservateur vient maintenant d'annoncer que le musée y demeurera encore pour les prochaines décennies.

Lundi, la ministre du Patrimoine, Shelly Glover, a annoncé un investissement de 80,5 millions de dollars pour rénover l'édifice du boulevard Saint-Laurent. La toiture sera remplacée, la façade sera refaite, les salles d'exposition seront remaniées.

La décision du gouvernement conservateur a été accélérée, cet automne, alors que le musée a été fermé sans avertissement parce que des travailleurs de construction ont trouvé de la moisissure ayant contaminé l'air ambiant. Cela s'ajoute à la découverte d'amiante dans la toiture l'an dernier.

Ce musée est une insulte à l'esprit d'innovation des Canadiens. On a parqué des camions de pompier et des locomotives dans un entrepôt que différents directeurs ont tenté, tant bien que mal, de valoriser avec des expositions ; les contraintes budgétaires font en sorte que ces expositions sont prolongées de plus en plus longtemps, ce qui diminue l'intérêt de la population pour ce musée situé au milieu de nulle part, le long d'un grand boulevard Saint-Laurent qui sert au trafic urbain. Il est coincé entre des petits centres d'achats sans attrait ni autre fonction que de desservir une clientèle locale.

Les touristes qui osent s'y rendre doivent se demander ce qu'il fait là. Même les gens d'Ottawa se demandent ce que le musée fait là.

Il y a une certaine logique derrière l'emplacement des musées nationaux dans la capitale, le long d'un axe qui longe la rivière des Outaouais. Le Musée des sciences et de la technologie, excentré et isolé, ne peut remplir activement son mandat dans un lieu aussi illogique - et dans des locaux qui ont été planifiés pour un usage industriel plutôt que muséal.

Investir 80,5 millions $ dans cet emplacement, c'est perpétuer cet illogisme.

Évidemment, un nouveau musée, avec un concept architectural innovant et un site choisi, coûterait beaucoup plus cher. Sans doute dans les 250 ou 300 millions $.

Et ce n'est pas comme si le gouvernement conservateur n'avait pas l'argent. Ce prétexte, qui pouvait se justifier pendant les cinq dernières années, ne tient plus la route. Le fédéral engrange des surplus et s'il hâtait le pas, peut-être pourrait-il se doter d'ici le 150e anniversaire du Canada du Musée des sciences et de la technologie qu'il devait avoir en 1967, lors de la célébration du centenaire de la Confédération.

Évidemment, les conservateurs de Stephen Harper ne veulent rien savoir de cela. Ils ne veulent rien savoir d'investir dans la capitale ; cela les irrite, et irrite leur base électorale dans l'ouest du pays, qui voit toujours Ottawa comme un puits sans fonds dans lequel les impôts sont engloutis plutôt que la fierté d'une nation pour sa capitale.

Il s'agit d'une triste annonce qui perpétue un non-sens dans un pays riche qui préfère, pour des raisons électoralistes, bouder l'investissement dans des musées nationaux. Ils n'ont fait que les bloquer depuis leur élection en 2006. Ils camouflent leurs intentions derrière un langage qui brouille les pistes de l'opinion publique.

Les qualificatifs des élus et de leurs mandataires, lundi, étaient particulièrement odieux. Le nouveau patron du musée, Alex Belnay, qui n'avait aucune expérience muséale avant sa récente nomination, a parlé de célébrer « l'esprit d'innovation » du Canada. La ministre Glover a promis « la mise en valeur de l'innovation canadienne via des expositions de classe mondiale ». Et le ministre John Baird, responsable de la capitale, a qualifié l'investissement de « merveilleuse nouvelle pour Ottawa ».

C'est plutôt le contraire qu'il faut constater.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer