Suspicion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si la Loi sur les droits d'auteur doit être amendée, cela devrait être pour augmenter la protection des créateurs durement éprouvés par la nouvelle ère informatique.

Pourtant, c'est le contraire que le gouvernement conservateur entend faire. Et comme s'il n'était pas suffisamment suspect, il a fallu une «enveloppe brune» pour apprendre, grâce au réseau CTV, que le ministère du Patrimoine propose un amendement qui permettrait spécifiquement aux partis politiques d'utiliser gratuitement le travail des journalistes pour l'utiliser à des fins partisanes.

Pris les culottes baissées, le gouvernement se défend en utilisant l'argument de la censure. Comme si les grands réseaux médiatiques - particulièrement les télévisions - faisaient dans la censure! Cela est contre-nature: les médias existent pour révéler des informations, pas les cacher du public. Les prétentions de la ministre Shelly Glover sont ridicules. Elle s'en défendra en soutenant que cette flexibilité législative supplémentaire pourra servir à tous les partis, et pas qu'au Parti conservateur. Mais la réalité, c'est que des trois grands partis fédéraux, le PC est le plus fervent utilisateur de publicités négatives qui sont d'autant plus utiles et efficaces qu'elles sont basées sur des images croustillantes, compromettantes ou faisant mal paraître des personnalités publiques.

Comme le parti ne peut être partout, l'idée a germé de pouvoir piger dans les banques des médias pour le faire. Il ne s'est d'ailleurs pas gêné de le faire en utilisant les images de Justin Trudeau en train de se dévêtir comme un mannequin suggestif. La scène avait été croquée dans le cadre d'une collecte de fonds et l'utilisation partisane de la vidéo a été contestée par ses propriétaires, CTV et Huffington Post.

L'amendement à la Loi sur les droits d'auteur réglerait toute contestation juridique de ce genre d'utilisation future.

Le document interne du ministère du Patrimoine précise aussi que l'amendement se retrouvera dans le projet de loi omnibus du prochain budget, prévu l'hiver prochain. Cela est un indice que le gouvernement s'attend à une contestation féroce. Dans le passé, il s'est souvent servi de projets de loi «mammouth» pour y dissimuler des amendements controversés, comme sur la protection environnementale des lacs.

En raison de sa feuille de route, le gouvernement conservateur suscite des regards empreints de suspicion. L'amendement qu'il entendrait proposer à la Loi sur les droits d'auteur n'y fait pas exception. Il devrait faire marche arrière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer