Une responsabilité partagée

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Toute l'incertitude autour de l'avenir des conservatoires de musique, dont celui de Gatineau, illustre bien combien des dossiers peuvent déraper lorsque le leadership fait défaut. Dans ce cas précis, les lacunes de leadership peuvent être constatées du haut... jusqu'en bas.

Pour l'instant, le plus important demeure que la ministre de la Culture et des Communications, Hélène David, s'est enfin lancée dans une offensive de sauvegarde des cinq conservatoires régionaux du Québec, situés à Gatineau, Val-d'Or, Rimouski, Saguenay et Trois-Rivières. Ces institutions s'ajoutent à celles de Québec et Montréal et sont tous regroupées depuis 2007 sous une grande structure, le Conservatoire de musique et d'art dramatique du Québec, dirigé à partir de la Vieille Capitale.

C'est de Québec qu'est venue la proposition d'éliminer les conservatoires régionaux. La haute direction a récemment reçu le mandat de proposer des scénarios pour rayer un déficit accumulé de 14 millions $.

De là la colère de la ministre David, hier. Elle a demandé « des » scénarios, la direction du Conservatoire ne lui en a suggéré qu'un seul. Et un scénario qui ne préservait que Montréal et Québec, dans un air de condescendance pour ce qui se fait ailleurs des grands centres. Cela donne l'impression d'une solution facile, une fois passée la douleur du moment.

La ministre et son gouvernement ont une part de responsabilité dans tout cela. Lorsque le scénario d'une fermeture groupée s'est ébruité, elle a mis une bonne semaine avant de réagir avec force. Sans doute attendait-elle ce rapport du Conservatoire qu'elle n'a obtenu que mardi. Mais disons que la défenseure de la Culture au sein du gouvernement Couillard a gaspillé quelques précieuses journées pendant lesquelles le milieu de l'enseignement de la musique était ébranlé.

Le gouvernement libéral doit assumer sa part aussi. Le régime d'austérité qu'il a commandé pour assainir les finances publiques est mal géré du point de vue des communications. Les rumeurs fusent de partout et provoquent des vents de panique. Nous ne le corrigerons pas sur le fond, mais sur la forme, un effort de concertation serait bienvenu. Et aurait plus de chances de fédérer les Québécois afin qu'ils mettent l'épaule à la roue.

Par ailleurs, le gouvernement Couillard doit faire bien attention avec le ménage qu'il entreprend. Serrer les ceintures, évaluer les gestionnaires, confier de nouveaux mandats, pas de problème. Revoir la structure pour assujettir le Conservatoire de Gatineau sous l'Université du Québec en Outaouais, cela aussi relève du possible. La ministre a semblé ouverte à cela, et cette option pourrait s'appliquer ailleurs au Québec.

Mais le gouvernement doit être très prudent devant la tentation de démanteler des institutions que les générations passées ont mis des années à étudier et bâtir. Nous ne soupçonnons plus les énergies qui ont été consacrées à convaincre les gouvernements de l'époque de l'utilité de ces outils collectifs de développement. Les détruire au nom d'un exercice de rigueur budgétaire passager, voilà qui peut provoquer plus de ravages que nécessaire.

Enfin, localement, le conservatoire de Gatineau doit aussi reconnaître qu'il n'a pas fait beaucoup pour convaincre la population de son caractère essentiel. Sa création remonte à 1967 et il ne s'illustre pas par son dynamisme. Ses locaux du boulevard Alexandre-Taché ne font pas montre d'une exubérance contagieuse. Mais ce n'est pas pour autant une idée acceptable que de mettre la hache dedans.

La position frontalière de Gatineau et l'offre d'enseignement de la musique à Ottawa ne doivent pas non plus handicaper l'Outaouais. L'effort de rapatriement des clientèles vers le Québec doit valoir en éducation, dans la vente au détail, en santé autant qu'en culture.

Le Conservatoire de Gatineau paraît sauvé pour le moment. Mais la vigilance est de mise.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer