Neuf ans plus tard, il faut encore attendre

Partager

Pierre Jury
Le Droit

Après neuf éprouvantes années, le message aux citoyens de l'Outaouais demeure le même : attendez. Attendez quelques mois encore. Non, quelques années. Parce que les solutions prennent du temps à mettre en oeuvre. Si vous êtes un malade en attente d'une chirurgie, d'un rendez-vous de routine chez un médecin ou simplement le parent d'un enfant victime d'une bactérie quelconque qui nécessite un antibiotique, prenez votre mal en patience. Car le ministre de la Santé, le Dr Réjean Hébert, n'a pas de bonnes nouvelles pour vous.

Le hasard a voulu que l'un de ses prédécesseurs, le Dr Philippe Couillard, fasse étape en Outaouais quelques heures après la visite de M. Hébert. M. Couillard rencontrait une poignée de militants dans sa campagne à la direction du Parti libéral du Québec, et il a pris un peu de temps pour rappeler combien les problèmes du système de santé en Outaouais sont complexes. Il ne disait pas cela par sympathie pour M. Hébert, un ministre du Parti québécois, mais sans doute pour que la population de l'Outaouais ne lui en tienne pas rigueur s'il devient chef du PLQ, en mars 2013.

N'empêche que le message était tristement semblable.

En 2003, des milliers de Québécois, d'ici et d'ailleurs dans la province, avaient placé leur confiance en Jean Charest et le Parti libéral. M. Charest avait promis de s'attaquer aux problèmes d'accessibilité aux soins de santé dès le lendemain de son élection. M. Couillard, son candidat vedette issu des rangs médicaux, allait trouver une solution, promettait son patron. M. Couillard avait sans doute un ton rassurant mais il s'est vite trouvé confronté à une réalité décourageante : budgets limités, pénurie de personnel spécialisé, querelles entre les hôpitaux de Gatineau et de Hull, etc. Il a fallu attendre, attendre, et attendre encore. L'une des principales pistes mises de l'avant : un statut particulier pour l'Outaouais, accompagné d'une enveloppe spéciale de 20 millions $ pour combattre le problème. Les effets ont été rapides et réels, mais il reste à voir s'ils ont été durables. Même M. Couillard serait curieux d'entendre ces réponses...

Neuf ans plus tard, nouveau gouvernement, nouveau ministre. Lui aussi issu des rangs médicaux. Jeudi, il mettait les pieds en Outaouais dans le cadre de sa tournée des régions. Lui aussi a imploré la patience. Sans le dire. En créant un comité de consultations qui tiendra six rencontres en mai et juin 2013, le ministre Hébert vient de se gagner six gros mois de grâce, et plus encore. Car le rapport de ce comité mettra plusieurs semaines de plus avant d'être « digéré » par la bureaucratie du ministère, à Québec. Au mieux donc, les premières mesures concrètes pourraient être ressenties en Outaouais à l'automne 2013. Ça, c'est pour les solutions faciles. Mais elles sont rares et n'ont pas des effets structurants.

L'ex-ministre Couillard semble favoriser la solution d'une faculté de médecine satellite, qui a réglé des problèmes récurrents en Mauricie, à son avis. L'Outaouais avait mis les outils d'une telle faculté satellite en place ; le ministre Hébert ferait bien de reprendre le dossier. Il pourrait même avoir la députée de Hull, Maryse Gaudreault, de son côté, puisqu'elle semble chercher des dossiers à s'occuper !

Pour le reste, les souhaits du nouveau ministre qui espère que les Québécois choisiront le Québec pour se faire soigner demeurent des voeux pieux. Ultimement, il a raison. Mais la semaine prochaine, le mois prochain, il n'y aura pas un médecin de plus pour soigner les malades de l'Outaouais. L'attente aux urgences sera toujours aussi longue et des gens se lèveront encore aux aurores dans l'espoir d'une consultation en clinique sans rendez-vous. Ça ne dérougit pas.

MM. Hébert et Couillard et même Yves Bolduc entre les deux, tous ont appelé à la patience des malades en Outaouais. Hormis des histoires d'horreur sur des attentes indues et des soins non reçus à temps, qui pourrait bien se lever en Outaouais pour réclamer de vrais progrès ?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer