Bingo!

Partager

Sur le même thème

Bingo ! Ce cri ne retentira plus dans les salles de bingo qui, une à une, ferment leurs portes en Outaouais. Après le Centre du bingo de Hull, voici que le Bingo Greber jette l'éponge. Ce sont des emplois qui disparaissent et une partie du financement de plusieurs organismes de charité. C'est aussi un phénomène social non négligeable où se côtoyaient des centaines d'amateurs depuis des années. Il ne reste plus qu'un seul bingo communautaire en fonction, celui de la rue Notre-Dame exploité par les Filles d'Isabelle.

Parmi les facteurs de ces fermetures, on cite la loi anti-tabac de 2006 et l'obligation de verser 45% des recettes aux organismes, comme l'y oblige la loi provinciale. Ce sont sans doute des causes justifiables qui affectaient la fréquentation et l'équilibre financier des bingos, mais elles ne sont pas les seuls facteurs en jeu. Le lent déclin des bingos n'est pas étranger aussi à l'arrivée du casino au milieu des années 1990 et s'est accéléré avec la popularité du jeu en ligne. Signe des temps.

On assiste donc à la fois à la disparition d'une entreprise, d'une forme de financement communautaire et d'un phénomène social. Ce qui, pour des milliers de gens, était une sortie entre amis, une occasion de divertissement et de rencontre, a perdu de son attrait petit à petit. Les temps changent, le monde change et on passe à autres choses. On peut le regretter et s'en désoler, mais ainsi va la vie.

Les lois antitabac sont pointées du doigt comme cause du déclin des bingos communautaires. Sans doute un peu. Il ne faut cependant pas s'en formaliser. L'industrie de la restauration a fait face à la même transformation profonde et, aujourd'hui, on ne s'imagine même plus voir un client en griller une au restaurant. Au bout du compte, le résultat aura été positif.

Quant à l'obligation de verser 45% des recettes aux organismes, on doit se demander si certains allégements auraient eu un effet bénéfique sur la santé financière des salles de bingo ou n'auraient fait que retarder un déclin inexorable. Les organismes qui sont touchés devront eux aussi s'adapter et modifier leurs sources de financement. Au cours des dernières années, ils auront eu le temps de voir la source se tarir.

Tout en regrettant la fermeture du Bingo Greber, nous y voyons tout autant le résultat d'un changement de société que sa difficulté à négocier des écueils réglementaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer