Les vrais dommages

Partager

Une entente de principe vient de conclure 113 jours de lock-out par la Ligue nationale de hockey. Autant y a-t-il lieu de se réjouir de la tenue d'une saison écourtée d'une cinquantaine de matches, seul le temps donnera la mesure des gains et des pertes des parties en cause. Car ce sont les amateurs qui subiront les dommages collatéraux les plus importants. Il ne leur reste qu'une arme à utiliser, celle de rester chez eux et faire payer aux propriétaires et aux joueurs le véritable prix de ce conflit. En seront-ils vraiment capables ? Peu probable.

En effet, la mémoire des amateurs est une faculté qui oublie. Ils sont prêts à pardonner toutes les infamies que leur ont fait subir la ligue et les joueurs depuis deux décennies avec une grève en 1992, un lock-out en 94-95 et l'annulation de la saison 2004-2005 pour l'adoption du fameux plafond salarial. Aucune entreprise n'a les moyens d'inclure un conflit de travail dans son plan d'affaires, sauf probablement une ligue de sport professionnel. Ainsi la LNH venait d'opérer sa saison la plus lucrative avec des revenus de 3,3 milliards $ US pour les 30 équipes lorsque le contrat avec l'Association des joueurs, qui compte environ 740 membres, est venu à terme.

Ces revenus viennent à la fois des amateurs qui paient le gros prix pour voir performer des athlètes de haut niveau et pour acheter les produits dérivés, mais également des annonceurs, des médias et de toute une industrie de restauration et de divertissement. Ces revenus sont cependant plus fragiles qu'il n'y paraît. Il suffit que l'amateur se désintéresse d'une équipe médiocre, d'une performance en deçà des attentes ou d'un climat économique déprimé pour qu'une équipe en subisse les contrecoups.

Un exemple ? On peut se demander si les Sénateurs d'Ottawa, qui ont connu une saison au-delà des attentes l'an dernier, réussiront à remplir la Place Banque Scotia et à donner de la visibilité aux annonceurs au moment où les coupes dans la fonction publique affectent des organismes comme Centraide. Les amateurs qui ont perdu leur emploi seront-ils au rendez-vous ? Les annonceurs qui ont déplacé leurs budgets de publicité les ramèneront-ils au bercail des Sénateurs ? Les amateurs qui se sont désintéressés du hockey retourneront-ils dans les bars et restaurants « sportifs » pour regarder une partie entre amis ? D'autant plus que rien ne laisse présager que la ferveur quasi-religieuse que portent les partisans de la région à l'endroit du Canadien de Montréal et des Maple Leafs de Toronto ne s'essoufflera.

Ce sont autant de questions qui rendent bien aléatoires les effets réels de l'entente de principe conclue hier aux petites heures du matin. La véritable bonne nouvelle est que cette entente porte sur un contrat de 10 ans dont l'une ou l'autre partie pourrait se désengager après huit ans. Ainsi la LNH et les joueurs auront le temps de rebâtir la marque de leur sport sans doute amochée par ce conflit. Car les pertes de revenus de 510 parties, de la partie des étoiles et de la classique hivernale en plein air sont bien secondaires en comparaison des pertes de crédibilité et de notoriété de la LNH, pertes qu'ils devront combler par l'amélioration du produit, la protection des joueurs, le déménagement de concessions malades dans de vrais marchés de hockey et le respect d'un sport magnifique.

En effet, on a beaucoup parlé de régime de retraite, de plafond salarial, de durée de la convention collective et de longueur maximale des contrats. On est loin de la violence, des coups à la tête, de la dilution du produit ou de la perte de Sidney Crosby pendant un an en raison d'une commotion cérébrale.

L'inconnue dans cette entente de principe demeure donc la réaction des amateurs et des annonceurs qui n'ont pour seul pouvoir que celui de laisser parler leurs dollars. Au Canada, fort probablement. Ailleurs, nul ne sait. Ni la ligue, ni les joueurs n'ont de véritable emprise sur cette véritable issue d'un trop long conflit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer