Air chaud sur Doha

Partager

«Fumée blanche», «air chaud», «vagues promesses», «entente à l'arraché», les images ne manquaient pas pour qualifier les résultats plus que mitigés de la Conférence de Doha 2012 sur le changement climatique qui s'est conclue samedi. À force de repousser l'heure de tombée, le président de cette 18e conférence des Nations unies «sans enjeux majeurs», le Qatari Abdullah Ben Hamad All-Attiyah, a demandé qu'on l'aide «à faire sortir la fumée blanche».

Les Canadiens ne seront pas vraiment déçus de l'immobilisme qui se dégage de l'acte?II de Kyoto. Or, sous le leadership sans enthousiasme du ministre fédéral de l'Environnement, Peter Kent, nous avons entretenu notre réputation de «fossile».

Il y a une dizaine de jours, le ministre Kent affirmait que le Canada n'est pas ouvert à l'idée de financer les réductions d'émissions par le biais du Fonds vert pour le climat en attendant qu'un nouvel accord soit adopté par toutes les parties. Aussi bien dire jamais, puisque la contribution du Canada serait repoussée en 2020. Ce Fonds vert vise à aider les pays en développement à s'adapter aux conséquences du réchauffement planétaire et à réduire leurs propres émissions.

Quand on constate la mauvaise volonté du Canada, il n'est pas étonnant que notre rôle et notre réputation sur la scène internationale s'effritent à un point tel qu'il est permis de parler d'isolationnisme et d'entêtement. N'oublions pas que le Canada est le seul gouvernement à s'être retiré du protocole de Kyoto et que son ministre a affirmé que le Canada ne sacrifiera jamais la croissance économique pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Belle attitude de fossile!

Est-ce que cela change quelque chose? Bien sûr que non. D'autant plus que le Canada ne trône pas seul dans le coin des cancres, et non les moindres, incluant les États-Unis et les pays émergents comme la Chine. Est-ce à dire que nous ne faisons rien? En principe, non! Bien que nous n'en soyons pas à un embarras près. Il faut bien défendre nos sables bitumineux.

Consolons-nous en constatant que le ministre canadien de l'Environnement admet que le changement climatique représente un danger croissant comme en font preuve des dérèglements de plus en plus sévères comme l'ouragan Sandy, qui a ravagé la côte est des États-Unis, et le super-typhon Bopha, le plus gros qu'aient connu les Philippines... en pleine conférence de Doha.

La position canadienne se calque essentiellement sur la position américaine, pourtant qualifiée d'arrogante. «Nous n'avons plus rien à nous dire», affirmait un négociateur africain. Il faut bien comprendre que les Américains doivent composer avec la facture salée de Sandy de plus de 60 milliards$ et que leurs obligations sur le front du changement climatique reculent dans l'ordre des priorités. Un porte-parole de la nouvelle catégorie des pays moins avancés déclarait: «On partira sans accord, et alors?»

Voilà où nous en sommes, aux accords symboliques à portée limitée. Ce Kyoto II engage certains pays à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020, ce qui ne représente que 15% des émissions.

Et que dire de l'«air chaud», ce surplus de 13 milliards de tonnes de CO2 de quotas d'émission hérités de Kyoto I? En transportant ces émissions à la nouvelle phase du protocole de Kyoto d'ici 2020, certains pays auraient pu se soustraire à leurs obligations. Ainsi, certains pays de l'Union européenne auraient pu acheter des crédits d'autres pays producteurs d'«air chaud», comme la Russie. Or, cela ne se fera pas. Même si cet air chaud existe toujours, il ne servira pas à soustraire quiconque aux engagements passés.

Il est troublant que l'image de l'air chaud, associée aux promesses vides des politiciens, décrive aujourd'hui avec autant de sarcasme des réductions de gaz à effet de serre. Pendant ce temps, le Canada se soustrait petit à petit au concert des nations qui veulent prendre leurs responsabilités pour les générations futures. Que d'air chaud!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer