L'héritage de Jérémie

Partager

Sur le même thème

Ce fut un drame comme il s'en produit trop souvent en été. Un bambin d'une garderie s'éloigne. Il est attiré par l'eau d'une piscine ou d'une pataugeoire. Et l'irréparable se produit. Quelques minutes plus tard, on repêche son corps inanimé.

C'est ce qui est arrivé au petit Jérémie Audette, deux ans, dans une garderie en milieu familial du secteur Orléans d'Ottawa. Un jury du coroner s'est penché sur ce drame et vient de formuler 16 recommandations pour prévenir de telles tragédies, dont l'interdiction de toute piscine ou pataugeoire sur le terrain d'une garderie privée en milieu familial. Il recommande aussi de créer un registre des garderies sans permis et de leur imposer un ratio de surveillance.

Or, le bureau du coroner s'est déjà penché sur la question des décès accidentels par noyade en Ontario et a remis son rapport pas plus tard qu'en juin 2011, moins d'un an après la noyade du petit Jérémie. Ce rapport évoquait un scénario à peu près identique au décès de Jérémie et formulait une série de recommandations. La première était très claire : « Toutes les municipalités de l'Ontario devraient adopter des règlements municipaux sur la clôture des nouvelles piscines ».

La recommandation d'interdire les piscines sur le terrain d'une garderie privée en milieu familial est-elle trop sévère ? Le jury du coroner prône la prudence. C'est la bonne attitude à adopter même si rien ne garantit qu'une autre tragédie comme celle du petit Jérémie ne puisse de reproduire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer