En attendant KPMG

Partager

Selon toute vraisemblance, le Canada recommencera à zéro le long processus de remplacement de ses chasseurs CF-18 dont la vie utile se termine en 2020. Ainsi, Ottawa songerait à faire une croix sur l'achat de 65 avions furtifs F-35 dont la facture salée ferait reculer le gouvernement.

Il n'est jamais trop tard pour bien faire. L'affaire des F-35 est en train d'embarrasser le gouvernement Harper à un point tel qu'un recul n'est même plus une option, c'est une obligation. Rappelons que le directeur parlementaire du budget, Kevin Page, en 2011, et le vérificateur général Michael Ferguson, cette année, se sont penchés sur la question de l'acquisition du F-35 avec des conclusions tout aussi cinglantes.

Et comme si l'appel du pied n'était pas assez insistant, Ottawa s'est même tournée vers la firme KPMG pour faire analyser les coûts associés au programme du F-35. Cette dernière évoquerait des coûts de plus de 40 milliards $. Le gouvernement a même mis sur pied un Secrétariat national d'approvisionnement en chasseurs et retiré au ministère de la Défense tout rôle dans ce dossier. L'inconfort était tel que la décision de reprendre le processus d'approvisionnement s'imposait. C'est une bonne décision même si elle est embarrassante pour ses principaux acteurs.

Pourtant, il existe un modèle que le gouvernement lui-même a appliqué avec beaucoup de succès et qui, pourtant, représentait des investissements de plusieurs milliards. Il s'agit de la Stratégie nationale d'approvisionnement en matière de construction navale, dont les résultats ont été communiqués en octobre 2011. Cette stratégie porte sur les 20 à 30 prochaines années et elle est évaluée à 35 milliards $ pour la construction de navires, grands et petits, pour la Marine et la Garde côtière, ainsi que des travaux de réparation, de radoub et d'entretien.

C'est donc dire qu'il est possible de bien faire les choses sans que l'on se retrouve au coeur d'un véritable psychodrame politique, militaire et économique. Le Secrétariat national d'approvisionnement en chasseurs, « responsable de l'examen, de la surveillance et de la coordination de la mise en oeuvre du plan d'action à sept volets du gouvernement », pourrait donc jouer un rôle primordial dans le « pilotage » de ce dossier. Il ne suffit que de suivre un modèle déjà éprouvé, celui de la construction navale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer