Sans enthousiasme

Partager

C'est grâce aux pressions exercées par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) que l'Association canadienne des télécommunications sans fil (ACTS) a enfin accouché d'un plan pour contrer le vol de téléphones portables. C'est une excellente initiative.

Ainsi, d'ici un an, on dressera une liste noire de numéros de série électroniques IMEI (obtenue en composant *#06#) des appareils portables. Cette liste existe déjà en Europe. L'Amérique du Nord en aura une puisque les États-Unis vont également emboîter le pas. Les appareils rapportés volés ou perdus sont inscrits sur cette liste. Ainsi désactivés, ces téléphones intelligents perdent beaucoup de leur valeur sur le marché noir de la revente et sont beaucoup moins convoités dans les lieux publics.

Ce qui peut paraître une évidence aux yeux de l'immense majorité des consommateurs, puisqu'il y a 26 millions de cellulaires au Canada, a quand même nécessité une intervention énergique du CRTC auprès de l'ACTS, qui représente les exploitants de services de téléphonie cellulaire.

Les coûts de la liste noire seraient de l'ordre de 20 millions $, une goutte dans les revenus de la téléphonie mobile et intelligente au pays. Il a fallu que le CRTC insiste : « Si le Conseil n'est pas satisfait de la réponse de l'industrie (...), le Conseil fera enquête sur quelles mesures réglementaires seront nécessaires à prendre afin de donner les outils nécessaires aux consommateurs pour les aider à cet égard. »

À message clair, réponse claire. L'ACTS ira de l'avant. Tant mieux. Pourquoi a-t-il fallu tant insister ? Cela frôle la mauvaise volonté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer