Une nouvelle ère?

Partager

Pierre Allard

Que le vrai Stephen Harper se lève. Celui qui affirmait en 2002 que «Le Canada n'est pas un pays bilingue» dit aujourd'hui que c'est son «devoir» de protéger la langue française partout au pays. Pas plus tard que l'an dernier, il nommait un Vérificateur général unilingue anglais. Cette année, il change d'idée et appuie un projet de loi du NPD qui obligerait les agents du Parlement (dont le VG) à être bilingues. Lui qui parlait de discrimination contre l'anglais au Québec dit maintenant comprendre la volonté du gouvernement Marois de renforcer la Loi 101...

Le premier ministre qui obtenait l'an dernier une majorité parlementaire sans l'appui des francophones vient-il de trouver son chemin de Damas ou s'agit-il plutôt de manoeuvres machiavéliques, destinées à redorer un blason terni au Québec ? Le bilan des conservateurs en matière linguistique, ainsi que son bémol au sujet du bilinguisme des juges de la Cour suprême, auraient tendance à accréditer la seconde thèse. Alors, si M. Harper veut nous convaincre de la droiture de ses intentions, il devra passer de la parole aux actes car on le jugera aux résultats.

Dans l'entrevue de fin d'année qu'il a accordée en français au réseau TVA, le premier ministre fédéral a haussé la barre, dépassant d'une bonne coudée les plates litanies d'engagements et de réalisations. Il a déclaré que la protection du français était pour lui un «devoir». C'est un terme fort. Mais il va encore plus loin, affirmant «comprendre» la crainte des Québécois pour leur langue «dans un continent dominé par l'anglais». Le mot-clé, ici, c'est «comprendre». Sens du devoir et compréhension des enjeux peuvent, en principe, donner une puissante mixture.

L'hostilité du Canada anglais et d'une frange importante de ses médias à l'endroit des mesures de promotion et de protection du français - au Québec comme dans les autres provinces - résulte souvent d'une incompréhension de la dynamique linguistique et des injustices qu'ont subies les francophones un peu partout au pays. Si M.?Harper «comprend» vraiment, il devra sans relâche marteler auprès du public anglo-canadien le même message qu'il vient de livrer sur les ondes de la télévision de langue française. Cela fait aussi partie de son «devoir».

Le premier ministre, il faut l'avouer, a appris mieux que la plupart de ses collègues la langue de Molière. Il peut maintenant dialoguer en français et reconnaître toute l'importance de capter à la fois le sens et les nuances des propos de ses interlocuteurs francophones. M.?Harper est ainsi en mesure d'apprécier les déficiences d'une communication par interprète ou traduction simultanée. Cette expérience personnelle devrait lui permettre de mieux saisir - et proclamer - le caractère essentiel d'une connaissance des deux langues officielles pour tous les juges de la Cour suprême.

Ayant à sa disposition une fonction publique à même de décortiquer les recensements successifs, le premier ministre doit être au courant des liens essentiels entre langue de travail et pérennité du français, particulièrement dans les grands centres urbains où les deux groupes linguistiques se côtoient. Son «devoir» de protection du français devra aussi s'ouvrir à l'urgence de permettre aux fonctionnaires fédéraux de travailler dans leur langue, et d'étendre l'application de la Loi 101 aux entreprises sous juridiction fédérale au Québec.

Enfin, s'il faut prendre au sérieux l'engagement de M.?Harper, celui-ci devra reconnaître l'opportunité de procéder à mieux qu'une consultation bidon sur le renouvellement de la Feuille de route pour la dualité linguistique, qui arrive à échéance en 2013. Les minorités canadiennes-françaises et acadiennes sont celles qui ont, de loin, le plus grand besoin de son devoir de protection et les enjeux qui les concernent méritent un débat ouvert, sur la place publique.

Le 21?décembre 2012 doit marquer le début d'une nouvelle ère, dit-on. Nous l'espérons, Monsieur le premier ministre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer