Rêve olympique

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean Gagnon
Le Droit

Euphorisée par les succès des Jeux panaméricains, qui ont pris fin dimanche, Toronto songe à poser sa candidature en vue de la présentation des Jeux olympiques d'été de 2024.

Tous les signaux positifs sont en place pour permettre à Toronto de vivre son rêve olympique.

Avec le désistement de Boston, la porte est grande ouverte pour la Ville-Reine. Elle pourrait profiter du fait que le Comité international olympique cherche à effectuer un retour estival aux États-Unis, qui n'ont pas accueilli le gratin sportif mondial depuis 1996 à Atlanta. Dans ce contexte, la Nord-Américaine Toronto pourrait être la solution de rechange, à moins que Los Angeles ou San Francisco déposent leur candidature.

L'aventure n'est pas sans risque. Plusieurs villes, Athènes entre autres, n'ont eu pour héritage olympique qu'un déficit et des dettes. Les coûts associés à la sécurité sont astronomiques. À Londres, ils auront coûté près de un milliard de dollars à eux seuls. Les Russes ont dû allonger 50 milliards de dollars pour tenir les Jeux d'hiver de Sotchi en 2014. Ils devaient au départ en coûter 10.

Cité multiculturelle et métropole démographique et économique du Canada, le Grand Toronto, qui compte quelque six millions d'habitants, vient de prouver qu'il peut tenir avec succès un événement sportif d'envergure.

Située non loin de la frontière américaine, elle peut compter sur un aéroport international digne de ce nom. Plusieurs de ses grands amphithéâtres, à commencer par le Centre Rogers et le Centre Air Canada, sont de calibre mondial.

Nous sommes à des années-lumière de Montréal qui, pour les Olympiques de 1976, a dû bâtir à coups de milliards de dollars des installations sportives et d'accueil, que l'on songe au très coûteux Stade olympique et au défunt aéroport de Mirabel.

Toronto possède les atouts qu'il faut pour penser à l'été 2024. Une éventuelle candidature devra néanmoins faire l'objet d'un très large consensus au sein de la population, du milieu des affaires, du monde syndical et des différents gouvernements.

Elle a beau compter sur de nombreuses conditions gagnantes, Toronto doit d'abord tabler sur la volonté populaire pour plonger tête première dans son rêve olympique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer