Exit le multifonctionnel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean Gagnon
Le Droit

Un autre épisode de la rocambolesque saga du remplacement du vieil aréna Robert-Guertin est en train de se jouer, alors que les élus gatinois se trouvent confrontés à un choix déchirant.

Soit ils vont de l'avant avec la construction d'un centre multifonctionnel qui coûtera au bas mot 70 millions$, une somme qui dépasse d'environ 7 millions$ le montant maximal avancé par le maire Maxime Pedneaud-Jobin.

Soit ils remettent les compteurs à zéro en lançant un autre processus d'appel d'offres en vue de la réalisation d'un nouvel édifice réservé aux sports de glace, en particulier pour le hockey junior des Olympiques de Gatineau.

Au cours des dernières années, le projet a encaissé de nombreuses mises en échec.

En 2009, l'ex-ministre Nathalie Normandeau, alors titulaire des Affaires municipales, a stoppé un projet de partenariat public-privé qui aurait permis de reconstruire Guertin.

Deux autres projets impliquant aussi un partenariat avec le privé, celui du promoteur Brigil le long de l'autoroute 50 et un autre imaginé dans le secteur Montcalm-Wellington, ont aussi été écartés par l'administration de l'ancien maire Marc Bureau.

Puis, en juin dernier, après un premier processus d'appel d'offres, la nouvelle administration Pedneaud-Jobin a choisi de tout arrêter, prétextant que les soumissions reçues dépassaient d'environ 15 millions$ les estimations municipales pour un nouveau centre multifonctionnel pouvant aussi accueillir des événements culturels.

Dans cette ronde d'appel d'offres, la Ville a même cru bon d'envoyer le dossier à l'unité permanente anticorruption (UPAC), dont le mandat est de lutter contre les pratiques de corruption, de collusion et de malversation au Québec, parce qu'elle redoutait que les coûts étaient exagérés.

En juin dernier, LeDroit écrivait en éditorial que le projet d'un centre multifonctionnel ne répondait pas aux besoins de la population. Il est encore de cet avis aujourd'hui.

Le segment événementiel, loin d'être convaincant, n'a pas fait l'objet d'études très poussées, du moins à notre connaissance. Il ne répond à aucune demande émanant du milieu culturel. D'autres lieux de diffusion, tels le Centre national des arts, le Théâtre du Casino, et la Maison de la culture, pour n'en nommer que quelques-uns, existent déjà. Qui plus est, un nouveau Centre Canadian Tire pourrait être érigé sur les plaines LeBreton à Ottawa, à peu de distance de Guertin. Et cette multifonctionnalité ajoute plusieurs millions de dollars au projet.

Pour toutes ces raisons, il faut détacher une fois pour toutes la portion multifonctionnelle du projet de remplacement de Guertin.

Un tel virage ne s'effectuera pas sans risque. Le plus grand est sans contredit de voir Québec, qui s'est déjà engagé à hauteur de 26 millions$ dans le projet multifonctionnel, retirer ses billes et refiler la facture totale du nouveau Guertin aux seuls contribuables gatinois. Jeudi, la ministre responsable de l'Outaouais, Stéphanie Vallée, n'a pas voulu dire si Québec participerait financièrement dans un édifice à usage strictement sportif privé de son aspect multifonctionnel.

En période d'austérité budgétaire, le gouvernement de Philippe Couillard pourrait être tenté d'annuler sa participation financière. Mais il pourrait aussi y voir une occasion de diminuer considérablement son éventuelle mise de fonds.

Parce que le projet actuel ne tient pas la route aux chapitres de son utilité, de ses coûts, et de la volonté populaire, les élus gatinois ont tout intérêt à mettre l'aspect multifonctionnel au rancart, une fois pour toutes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer