Atteints par un tir fratricide

Le président des Sénateurs, Tom Anselmi... (La Presse canadienne)

Agrandir

Le président des Sénateurs, Tom Anselmi

La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Mettons que, dès le départ, ce n'était pas l'idée du siècle.

Dans les bureaux du Rouge et Noir, un gestionnaire de communauté a eu la - pas très - brillante idée d'entreprendre son vendredi et lançant une boutade aux Sénateurs.

Le tweet avait des allures d'alerte médiatique. « Dernière heure ! Mille cinq cents sièges usagés, rarement utilisés, seront ajoutés à la Place TD. Plus de détails à venir. »

On faisait référence, bien sûr, aux 1500 sièges qui ont été recouverts de toiles au Centre Canadian Tire.

Dans un monde où le sarcasme est partout, il faut croire que certaines blagues ne sont pas tolérées. Le micromessage a été effacé avant la fin de la matinée.

Pendant sa courte vie, il aura quand même été vu par des milliers de gens. On l'a commenté, on l'a relayé. On en a parlé à la radio.

Cet épisode est terminé, mais il devrait servir d'avertissement aux Sénateurs, car le pire est probablement à venir.

Le Rouge et Noir est, en principe, un allié. Les deux clubs défendent l'honneur de la même ville. Ils portent les mêmes couleurs. Ils sont en train d'organiser, conjointement, un événement majeur qui viendra clore une année entière de célébration dans la capitale.

Quand vos amis se permettent de se foutre ainsi de votre gueule, que feront vos ennemis ?

Des collègues, pour qui j'ai beaucoup de respect, ont l'air de croire que ce n'est pas une grosse affaire. Certains vont même jusqu'à dire que les Sénateurs ont bien fait de réduire la capacité de leur amphithéâtre en recouvrant des sièges au niveau 300. L'an dernier, ces sièges étaient vides. Ces sièges vides ont entraîné beaucoup trop de publicité négative, arguent-ils.

J'ai une petite nouvelle pour ces gens. Les sièges qui seront recouverts de toiles cette année ne seront pas moins vides que l'an dernier.

En empruntant une stratégie de marketing aux Panthers de la Floride, les Sénateurs ne pourront éviter le sarcasme. La publicité négative va continuer de circuler. 

Et ce sera bien malheureux.

***

La rencontre de presse de jeudi a duré environ une heure et elle fut riche en information. J'ai tellement passé de temps à parler des toiles qui recouvriront les gradins que j'ai manqué de temps et d'espace pour vous parler d'autres éléments importants.

La refonte de l'image de marque des Sénateurs, par exemple.

Les gens qui se pointeront au CCT dans les prochaines semaines remarqueront que la lettre « O » est tapissée partout. Le logo rétro des Sénateurs a été peint au centre de la glace. Il est sur toutes les banderoles qui sont suspendues à l'extérieur. Il a pris tout le plancher. Le centurion a été relégué aux oubliettes.

Le président Tom Anselmi jure qu'il s'agit toujours, pour l'heure, d'un logo secondaire.

Il a également révélé des informations intéressantes concernant la suite des choses. En somme, les échéanciers trop serrés fournis par Adidas, le nouvel équipementier de la LNH, ont empêché les Sénateurs de procéder à un changement d'uniforme dans les derniers mois. Cela explique sans doute pourquoi les chandails rouges et blancs, un peu ternes, seront de retour pour une 11e saison. Ça nous permet aussi de croire qu'ils seront bientôt remisés.

Le changement s'en vient.

***

La question a été posée de façon directe à Pierre Dorion. « Pensez-vous procéder à quelques embauches pour grossir votre équipe de conseillers aux opérations hockey ? »

Flanqué de ses patrons, Ton Anselmi et Eugene Melnyk, le directeur général a offert une réponse moins directe.

Le DG des Sénateurs, Pierre Dorion... (La Presse canadienne) - image 4.0

Agrandir

Le DG des Sénateurs, Pierre Dorion

La Presse canadienne

« Peut-être, oui. Nous sommes ouverts à l'idée. Encore faut-il que la personne ciblée soit la bonne. Vous savez, j'ai déjà vu des équipes qui utilisaient 25 personnes dans les opérations hockey. Et ça n'allait pas du tout... »

On souhaite à Dorion de trouver un, deux ou trois individus capables de l'épauler. Les hommes de hockey d'Ottawa, on vous l'a déjà dit, ont réussi à faire des miracles en travaillant au fil des ans avec des ressources très limitées.

L'organisation veut visiblement continuer à construire en misant sur le repêchage et sur le développement des espoirs. Ça ne se fera pas tout seul. Il faudra que des bons hommes de hockey y travaillent.

Faut-il rappeler que Dorion a perdu deux collaborateurs de taille, cet été ? Daniel Alfredsson et Bryan Murray n'ont pas été remplacés.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer