Kathy court toujours

«La tornade arrive en ville. Je vais vous... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

«La tornade arrive en ville. Je vais vous faire lever le toupet», promet Kathy Tremblay.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / À certains égards, les choses ont bien changé. Kathy Tremblay est bien ancrée dans la trentaine. Elle ne court plus dans les événements du circuit de la Coupe du monde de triathlon. À présent, elle est d'abord une mère. Elle élève ses petits garçons à Pincourt, sur l'île Perrot. Pour gagner sa croûte, elle brasse désormais des affaires.

Les choses ont changé, mais pas complètement.

La double olympienne gatinoise a donné signe de vie par courriel, tard mardi soir. Ça faisait longtemps.

Elle voulait faire la promotion de la première Classique Cross-Country Parc de la Gatineau, un événement sportif familial qu'elle prépare pour le début du mois d'octobre.

«Je serai à Gatineau Beach demain et jeudi. Faites-moi signe si vous voulez qu'on se fasse une jasette», a-t-elle ajouté au bas de son communiqué.

J'ai passé un coup de fil. Une demie heure plus tard, j'ai raccroché avec le tournis. Elle parle toujours autant. Les idées se bousculent aussi rapidement qu'avant dans sa tête.

Elle voulait me parler du cross-country qui approche à grands pas. Sauf qu'à tout bout de champ, elle me glissait des petits bouts d'information sur un autre événement qui la fait rêver. Elle a rencontré des gens de la Ville de Gatineau, mercredi, pour jeter les bases d'un autre événement de course à pied. Quelque chose d'assez ambitieux, ai-je pu comprendre. Quelque chose qui serait présenté au début du mois de mai 2018, probablement dans le secteur Du Portage.

«Je ne peux pas trop en dire. Ce n'est pas confirmé», disait-elle...

Elle a fini par déballer son sac quand même.

«On aimerait réunir un millier de coureurs au mois de mai. Peut-être plus. Au fond, je veux vous emmener ailleurs. Tu sais, moi, je suis fière de ma région. Je suis fière d'être originaire de Gatineau. Moi, dans ma jeunesse, je crois bien avoir pris part à toutes les courses qui étaient organisées du côté d'Ottawa. Je n'ai jamais compris pourquoi il n'y a pas de gros pow-wow sur la rive québécoise. Nous avons pourtant tout pour faire le party.»

«La tornade arrive en ville. Je vais vous faire lever le toupet», promet-elle.

C'est le genre de discours qu'on aimerait entendre plus souvent. La quatrième ville en importance au Québec n'offre pas assez d'occasions à ses résidants de se rencontrer et de fêter. On aimerait qu'il y ait plus de «pow-wows» et de gens qui, comme Kathy Tremblay, pour les organiser.

La triathlète a rangé ses espadrilles. Kathy, elle, court toujours.

«C'est une mission et c'est plus fort que moi. Mon chum pense que je devrais essayer de faire autre chose. J'ai le goût, moi, de continuer à vendre la santé.»

Il fallait quand même parler un peu du cross-country. Ça, c'est un événement réel et confirmé. Il est prévu pour le dimanche 1er octobre. On offrira quatre parcours: 1 km, 2 km, 5 km et 10 km. Les départs auront lieu près du Relais plein air du parc de la Gatineau.

Cet événement serait né dans l'esprit d'une prof de l'école primaire Du Dôme, Christèle Piché.

«Elle voulait qu'on organise un événement auquel ses élèves pouvaient prendre part. Elle m'a challengé. J'ai décidé de relever le défi», raconte l'organisatrice.

On peut s'inscrire en ligne.

Avec le temps qui file et l'actualité qui nous bouscule, j'allais presque oublié de vous parler de Denis Shapovalov.

J'ai juste un truc à souligner, avant qu'il ne soit trop tard.

Oui, ce qu'il a fait à la Coupe Rogers est extraordinaire. C'est vrai qu'il nous a fait vivre de beaux moments, particulièrement lors des matches contre Rafael Nadal et Alexander Zverev.

Une étoile est née, tout simplement.

Il ne faudrait juste pas oublier un truc. Juste avant d'accéder au statut de superstar nationale, Shapovalov est venu faire la démonstration de son immense talent dans notre cour. Littéralement. Le dimanche 23 juillet dernier, il a remporté la troisième édition du Challenger de Gatineau.

Des centaines de personnes l'ont vu triompher face à son compatriote Peter Polansky, lors du match ultime.

Des centaines, voire des milliers d'autres ont raté une belle occasion de le voir jouer de très près pour un prix fort raisonnable.

Le Challenger aussi, c'est un bien joli «pow-wow» qui revient chaque année en Outaouais...




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer