Un peu de calme, #RNation

En 2017, les Saints se sont surpassés. La... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

En 2017, les Saints se sont surpassés. La mascotte livreuse de balles se nomme Alternative Fats.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Déjà ? Le Rouge et Noir d'Ottawa serait déjà rendu à la croisée des chemins. Le prochain match serait déterminant. Un revers de plus, vendredi soir prochain à la maison, et la saison 2017 serait déjà foutue.

Les nerfs, #RNation. Pas de panique. Le mois d'août n'est même pas encore commencé.

Il est ici question de la Ligue canadienne de football. Pas besoin d'être un fan de longue date pour savoir que, dans ce sympathique circuit sans prétention, il n'est jamais trop tard pour bien faire.

Même les milléniaux d'Ottawa, qui ont découvert le football à trois essais en 2014, le savent fort bien. Ils portaient leurs chemises de chasse carreautées, l'automne dernier, quand un club présentant une fiche de 8-9-1 en saison régulière a soulevé la coupe Grey.

J'ai beaucoup de mal à me ranger dans le camp des pessimistes. Le Rouge et Noir a subi quatre revers. Il n'a jamais perdu par plus de quatre points.

Il a perdu deux matches contre les deux puissances de l'Alberta. Il a été battu deux fois par les Argonauts. Ces derniers, selon toute vraisemblance, miseraient sur la meilleure défensive au pays. Et ils ont joué quatre matches en 17 jours.

Des circonstances atténuantes, #RNation. Je vois des circonstances atténuantes partout.

Les choses vont se replacer. Le reste de l'été sera plus clément. Et vos favoris vont, probablement, réussir à se qualifier pour le tournoi automnal. Ils pourront défendre leur coupe.

Il n'y a qu'un truc, vraiment, qui me chatouille.

On me chuchote à l'oreille que Trevor Harris n'aime pas toutes les responsabilités qui sont associées à son nouveau poste de quart-arrière numéro un. Il en aurait déjà plein le dos de se présenter devant les caméras après un revers.

Si c'est le cas, il faudrait lui rappeler que, dans une ligue où les passeurs peuvent gagner entre cinq et dix fois plus d'argent que leurs coéquipiers, il peut difficilement échapper aux critiques.

Il ne peut simplement pas esquiver les questions embarrassantes.

Ça va un peu mieux au parc RCGT. Dans l'est de la ville, les Champions entreprendront ce jeudi le dernier droit de la saison régulière avec le vent dans les voiles.

En plus, il faut reconnaître que le Match des étoiles du baseball indépendant, qui nous inspirait les pires inquiétudes en début de semaine, fut une belle petite réussite. Cinq mille personnes qui se déplacent, un mardi soir, pour aller voir une quarantaine de « vedettes » dont ils n'ont jamais entendu parler...

D'ailleurs, faut que je vous raconte. J'ai fait un crochet par la terrasse, derrière le champ gauche, en quittant le stade. Les illustres inconnus qui avaient animé la foule étaient réunis. Petite réception sans prétention.

J'ai pu passer une bonne minute de plus en compagnie de Mark Hamburger, ce drôle d'oiseau qui a entrepris le match au monticule pour les étoiles de l'American Association.

Ancien espoir des Rangers du Texas, foutu à la porte à la suite d'un contrôle positif à la marijuana, est aujourd'hui très fier d'appartenir à l'équipe indépendante de sa ville natale.

Les Saints de Saint-Paul sont populaires. Ils jouent régulièrement devant plus de 8000 spectateurs. Et ce, même s'ils évoluent dans le même marché qu'un club des ligues majeures, les Twins du Minnesota.

Le secret ? Une approche créative. La volonté de faire les choses différemment.

« Nous avons des promotions extraordinaires, dit-il. Nous avons un cochon comme mascotte. Il se charge d'apporter la balle à l'arbitre, au début de chaque partie. »

Je ne l'ai pas cru tout de suite. C'était pourtant vrai.

Chaque année, depuis maintenant un quart de siècle, les Saints hébergent un porc. Durant son stage estival, à titre de mascotte, l'animal apprend à livrer la balle à l'arbitre.

Les bêtes qui se sont succédé au fil des ans ont porté des noms originaux : Kevin Bacon, Kim Lardashian, Slumhog Millionaire, Notorious P.I.G...

En 2017, les Saints se sont surpassés. La mascotte livreuse de balles se nomme Alternative Fats.

C'est un délicieux clin d'oeil à sa conseillère en communications du président américain, Kellyanne Conway.

La circonscription électorale dans laquelle est située Saint-Paul a voté à 63,1 % pour Hillary Clinton, l'automne dernier.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer