MacEwen, le coup fumant des Canucks

MacEwen aurait pu se mettre à rêver à... (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

MacEwen aurait pu se mettre à rêver à ce qui s'en vient. Quand il aura disputé son dernier match dans les rangs juniors, on peut facilement s'imaginer qu'il recevra vite l'appel des Comets de Utica.

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Il aurait été si facile de baisser les bras... Surtout pour Zack MacEwen.

Le vétéran de 20 ans aurait pu arriver au Vieux-Bob, mercredi soir, en se disant que la pente était tout simplement trop dure à remonter.

MacEwen aurait pu se mettre à rêver à ce qui s'en vient. Quand il aura disputé son dernier match dans les rangs juniors, on peut facilement s'imaginer qu'il recevra vite l'appel des Comets de Utica.

Quand il aura mis les pieds dans cette petite ville de l'État de New York, il pourra commencer à gagner sa vie grâce à son sport. Il pourra également aider une autre formation à se qualifier pour les séries. Il pourra, en somme, se rapprocher de son rêve d'accéder à la Ligue nationale de hockey.

Je vous le dis, MacEwen aurait facilement pu baisser les bras.

Il ne l'a pas fait. À mon humble avis, il a été le meilleur joueur des Olympiques, mercredi, dans ce premier duel sans lendemain face aux Eagles du Cap-Breton.

Il a obtenu deux mentions d'aide, ce qui est fort bien. Il s'est surtout défoncé quand est venu le temps de protéger la mince avance d'un but en fin de soirée.

Dommage que la LHJMQ ne comptabilise pas le temps de jeu de ses joueurs. J'ai l'étrange impression qu'il ne s'est pas assis au banc très souvent ni trop longtemps, en troisième période.

Dans l'exiguë salle de presse du Vieux-Bob, après le match, il fallait choisir un joueur pour venir affronter la petite armée de journalistes.

J'ai proposé qu'on appelle le numéro 96. J'étais curieux de savoir à quel point il était fatigué. Il jure que tout va bien. « C'est ça, les séries ! Un joueur qui se repose bien et qui s'alimente correctement ne devrait pas avoir trop de mal à reprendre ses forces entre deux parties », a-t-il récité, tel un vrai pro.

En fait, durant ce point de presse improvisé, c'est pas mal la première chose qui m'a sauté aux yeux. MacEwen parle comme un pro. Il s'habille comme un pro. Il se comporte comme un pro. Il a pas mal tout d'un pro, même s'il n'est pas pressé d'en devenir un.

« Tous les joueurs de hockey, sans exception, nous disent que les années passées dans les rangs juniors sont les plus amusantes d'une carrière. C'est pourquoi je ne suis pas vraiment pressé d'y mettre un terme. »

Cette déclaration. Cette façon de penser. Cette façon d'agir laisse présager que les Eagles du Cap auront du mal à en finir, ce vendredi, dans le match numéro cinq.

Il nous donne aussi le goût de croire que les dirigeants des Canucks ont été bien chanceux de remporter le derby, alors qu'une demi-douzaine d'organisations se battaient pour obtenir ses droits professionnels, alors qu'il jouissait du statut de joueur autonome jamais repêché.

Éric Landry est satisfait du rendement de Yakov Trenin jusqu'ici. « Parce qu'il s'est présenté à tous les matches. »

Le coach, un homme droit, n'est quand même pas satisfait sur toute la ligne. « Il y a eu, bien sûr, ces histoires de pénalités... »

On m'avait prévenu en début de semaine. Certains joueurs ont eu du mal à composer avec l'attention particulière qu'ils ont reçue dans les premiers matches de la série, au Cap-Breton. 

Ça ne s'est visiblement pas amélioré depuis.

Trenin a écopé d'une très mauvaise pénalité au pire moment, mercredi. Un peu plus et cette pénalité prise sous le coup de la frustration aurait eu de très lourdes conséquences sur l'issue de cette série.

Il y a trois mois, le DG Marcel Patenaude aurait pu échanger son gros attaquant russe. Il ne l'a pas fait, entre autres, parce que Trenin a exprimé le souhait de rester à Gatineau.

Le match numéro cinq - et les deux autres qui pourraient suivre - lui offrira une belle opportunité occasion d'exprimer sa gratitude...




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer