Manque d'expérience à Dallas ?

Les gardiens Kari Lehtonen et Antti Niemi ne... (Archives, Associated Press)

Agrandir

Les gardiens Kari Lehtonen et Antti Niemi ne sont pas à blâmer pour les problèmes défensifs des Stars de Dallas. «C'est une affaire d'équipe», tranche le capitaine Jamie Benn.

Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Le comble de l'ironie. Dans la LNH, personne ne dépense autant que les Stars de Dallas quand vient le temps de payer ses gardiens. C'est pourtant le club texan qui alloue le plus de buts à ses adversaires depuis le début de la saison.

Explications ?

« Il faut juste commencer à jouer du meilleur hockey. Il faut arrêter de se tirer dans le pied », grognait le capitaine Jamie Benn lors d'un récent passage à Ottawa.

C'est tout ? Rien de plus spécifique ?

« Non. C'est ça qui est ça. »

Pas question, toutefois, de s'en prendre à Kari Lehtonen et Antti Niemi.

Le duo de gardien finlandais occupe 10,4 millions $ US sous le plafond salarial. Leurs taux d'efficacité franchissent de peine et de misère le seuil critique de 90 %.

« C'est une affaire d'équipe, tranche Benn. Les équipes qui gagnent la coupe Stanley jouent bien défensivement. Elles jouent intelligemment. C'est quelque chose qu'il faut apprendre, et vite. »

Son coéquipier Antoine Roussel va un peu plus loin dans son analyse. Pour l'ailier français, les ennuis des Stars sont en partie imputables à la jeunesse de la brigade défensive.

« Nous avons subi beaucoup de changements. Les gens n'en sont pas conscients, mais notre alignement a beaucoup changé. La saison dernière, nous étions un club de vétérans. Nous avons rajeuni », argue-t-il.

Sans les nommer, Roussel parle de « trois défenseurs d'expérience » qui sont partis l'été dernier. Il parle sans doute d'Alex Goligoski, Jason Demers et Kris Russell.

Russell n'a joué qu'une dizaine de matches dans l'uniforme vert en fin de saison, après avoir été acquis dans une transaction avec les Flames de Calgary.

Pour amortir le choc, le directeur général Jim Nill est allé chercher un autre joueur d'expérience, Dan Hamuis. Ce dernier ne connaît cependant pas une saison à tout casser...

« Dans une ligue où tout s'est refermé, où les chances de marquer sont données à ceux qui se présentent devant le but, les choses sont compliquées pour nous, illustre Roussel. Nous avons moins d'expérience. Ça prend du millage. Mine de rien, il nous en manque un peu. »

« Pas que les gars ne sont pas bons. Ce sont de très bons joueurs. C'est juste qu'il nous manque un peu de cohésion. »

Durant ses nombreuses années à Buffalo, l'entraîneur-chef Lindy Ruff s'est forgé une réputation enviable. Sous sa gouverne, les Sabres faisaient partie des équipes les plus efficaces défensivement. Le système de jeu passait devant tout, même devant la qualité du spectacle offert aux partisans.

Cette année, il compose avec un problème particulier : le calendrier condensé.

En fait, ce n'est pas un problème exclusif aux Stars. La Coupe du monde a repoussé le début de la saison des 30 formations du circuit Bettman. Chaque club, sans exception, bénéficie d'une semaine de relâche dans le calendrier.

Tout cela ne fait cependant qu'accentuer les problèmes des Stars. Géographiquement isolés, au sud du continent, ils ont toujours eu à composer avec des voyages plus longs, des nuits plus courtes.

« Nous avons effectivement pris de grosses décisions en ce qui a trait à nos déplacements, convient Ruff. Souvent, quand nous rentrons très tard d'un match à l'étranger, nous devons carrément annuler notre séance d'entraînement prévue pour le lendemain. Nous misons sur le repos. Le calendrier est vraiment très exigeant, mais nous ne sommes pas les seuls à en subir les conséquences. »

Huberdeau se sent bien

Huberdeau se sentait plus efficace la saison dernière,... (Mark Humphrey, Associated Press) - image 3.0

Agrandir

Huberdeau se sentait plus efficace la saison dernière, quand il a établi un sommet personnel avec une récolte de 59 points.

Mark Humphrey, Associated Press

Cinq points en trois parties. Un départ inespéré. Quand il a repris sa place chez les Panthers de la Floride, après avoir passé de longs mois à se remettre d'une opération au tendon d'Achille, Jonathan Huberdeau ne pouvait pas s'imaginer que tout irait si bien. « Il m'arrive de compléter de mauvais jeux sur la patinoire. Je dois être plus patient », a récemment indiqué le perfectionniste attaquant québécois au représentant du quotidien Sun-Sentinel. Huberdeau se sentait plus efficace la saison dernière, quand il a établi un sommet personnel avec une récolte de 59 points. « J'imagine qu'il me faudra jouer quelques matches de plus pour revenir au niveau de l'an dernier. Au moins, je produis. Je dois continuer à pousser. Je suis très content de pouvoir contribuer aux succès de l'équipe à l'attaque. » Les Panthers passent la semaine en Californie.

Giroux fait son mea culpa

Les Flyers de Philadelphie ont marqué seulement six buts en cinq parties depuis le début du mois de février. Par miracle, ils ont quand même réussi à signer deux victoires. « Pour que l'équipe joue mieux, je dois jouer mieux, a reconnu le capitaine Claude Giroux dans les pages du Philadelphia Inquirer. Je dois donner tout ce que je peux à l'équipe. Ce n'est pas le cas en ce moment. C'est frustrant car je veux donner tout ce que je peux à mon équipe. » L'attaquant franco-ontarien a marqué seulement deux buts depuis le 22 décembre. Durant cette séquence, en 21 parties, il a surtout conservé un différentiel de moins 16. Giroux a subi une intervention chirurgicale délicate l'été dernier. « Ce n'est pas une excuse, dit-il. J'ai eu amplement le temps de m'en remettre. »

Une visite éclair pour Duclair

Anthony Duclair a été rappelé par les Coyotes de l'Arizona, la semaine dernière. On a toutefois mis les cartes sur la table, dès le départ. Il n'est pas dans la LNH pour y rester. Son rendement depuis son renvoi dans la Ligue américaine - six points en neuf parties - n'est pas entièrement satisfaisant. « Ce n'est pas juste une question de buts et de mentions d'aide. Il doit créer des chances de marquer. Il doit être prêt à faire les efforts nécessaires. Il ne doit pas s'imaginer que les points vont arriver comme par magie », dit l'entraîneur-chef Dave Tippet au Arizona Republic. Le nom de Duclair aurait été mentionné dans quelques rumeurs de transaction sur la côte ouest. L'ancien des Remparts de Québec prétend que cela ne l'affecte pas trop.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer