Oui, Curtis Lazar pourrait être échangé

Columbus Blue Jackets' Jack Johnson, left, and Ottawa... (Associated Press)

Agrandir

Columbus Blue Jackets' Jack Johnson, left, and Ottawa Senators' Curtis Lazar chase the puck during the first period of an NHL hockey game Thursday, Jan. 19, 2017, in Columbus, Ohio. (AP Photo/Jay LaPrete)

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Au départ, je dois reconnaître que j'ai été surpris. Curtis Lazar se retrouve au sein du classement annuel des joueurs les plus susceptibles d'être échangés, selon TSN.

Le jeune centre des Sénateurs occupe même une place de choix, au 12e rang. Il est, de loin, le plus jeune joueur sur cette liste. Il y côtoie surtout des vétérans qui seront bientôt disponibles pour de l'aide à court terme.

Je n'avais même pris le temps de penser au fait que Lazar pourrait un jour quitter Ottawa. Il a 21 ans. Les Sénateurs, qui ne roulent pas sur l'or, n'ont pas l'habitude de se défaire de leurs jeunes espoirs.

Il n'y a cependant pas de fumée sans feu. TSN n'a pas réussi à devenir la référence sportive canadienne en lançant de folles rumeurs non vérifiées. Si Lazar occupe une place aussi élevée sur leur liste, Dorion doit forcément avoir parlé de lui à quelques-uns de ses homologues.

Les Sénateurs ne prennent jamais à la légère la décision de se séparer d'un jeune joueur qu'ils ont repêché, mais il ne faut pas oublier que nous sommes en 2017. Ce n'est pas une année comme les autres. Il va s'en passer, des trucs bizarres, en 2017.

Le commissaire de la LNH, Gary Bettman, fait tout ce qu'il peut pour que les Golden Knights de Vegas alignent une formation compétitive le plus rapidement possible.

On offre aux 30 formations existantes deux options à l'approche du repêchage d'expansion. Dans le premier scénario, elles peuvent protéger sept attaquants, trois défenseurs et un gardien. Dans le deuxième, elles peuvent protéger un gardien et huit patineurs, toutes positions confondues.

Dans un cas, comme dans l'autre, Pierre Dorion pourrait avoir du mal à protéger son ancien premier choix.

Lazar a 21 ans. Dans un passé vraiment pas lointain, il a marqué 41 buts dans la LHOuest et il a soulevé la coupe Memorial avec les Oil Kings d'Edmonton. Dans un passé encore moins lointain, il a été le dernier capitaine canadien à remporter le championnat mondial junior.

Sans faire de mauvais jeux de mots, on peut facilement s'imaginer que les bonzes de Vegas pourraient «miser sur lui».

Échanger Lazar en février ou risquer de le perdre tout bonnement en juin ? Le choix s'impose...

•••

Échanger Lazar, oui. Mais quand ? Et contre qui ?

Pierre Dorion ne parle pas souvent, mais on le dit très actif. Il discuterait avec plusieurs de ses homologues. Il serait prêt à envisager plusieurs différents scénarios. Le directeur général recrue tient coûte que coûte à donner un coup de pouce à ses entraîneurs.

Lors des rares occasions où il s'est aventuré à parler de transactions, publiquement, il a fait le voeu d'acquérir un joueur capable d'enrichir son attaque.

Je ne vois pas les choses du même oeil. La profondeur en défensive à Ottawa continue de faire défaut. Le problème semble de plus en plus prononcé. Chris Wideman est de moins en moins utilisé à forces égales.

S'il fallait qu'une blessure vienne priver l'équipe d'un des membres du top-4, ça pourrait mal virer.

Les Sénateurs n'ont pas l'habitude de sacrifier des jeunes joueurs. Ça fait quelques années, aussi, qu'ils ont magasiné au rayon des joueurs de location.

Mon petit doigt me dit qu'ils pourraient être tentés de le faire, cette année. Aller chercher de l'aide à court terme pour se donner une chance, dans une course aux séries qui s'annonce particulièrement corsée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer