Retour vers le futur

La popularité du chandail noir que les Sénateurs... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

La popularité du chandail noir que les Sénateurs portaient au début des années 90 semble unanime

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / La nouvelle circule depuis quelques jours, déjà. Le réputé confrère Michael Russo, du Star-Tribune de Minneapolis, a été le premier à l'ébruiter.

La firme Adidas aura le mandat de produire les uniformes officiels des 30 équipes de la LNH à compter de l'an prochain. Elle prendra le flambeau qui lui sera tendu par sa rivale Reebok.

Selon Michael, Adidas aurait émis une directive plutôt stricte. En 2017-18, tous les clubs ne pourront porter que deux uniformes. Un pour les matches à la maison, un autre pour la route.

On va simplifier les choses en 2017-18.

Quand elle sera officialisée, cette mesure obligera bien des dirigeants d'équipe à faire des choix. On espère que ceux des Sénateurs sauront saisir l'occasion.

Ce n'est pas la première fois qu'on en parle dans cet espace. Dans le cadre des célébrations du 25e anniversaire, il ne serait peut-être pas fou de dépoussiérer les tablettes, de revoir l'image de marque.

Les uniformes rouges et blancs qui sont utilisés en ce moment fêteront cet été leur 10e anniversaire. Les partisans qui les aiment et qui souhaitent les garder feraient bien de se manifester au plus vite. Sinon, qu'ils se taisent à jamais.

Moi, j'aurais envie de me ranger dans le camp des nostalgiques qui souhaitent un retour vers le passé. Dans le futur.

Si vous préférez, un retour vers le futur.

J'ai toujours eu un gros faible pour les chandails noirs que les Sénateurs portaient lors de leurs pénibles premières campagnes, au début des années 1990. Et je ne suis pas seul.

J'avais cru ressentir une vague d'amour pour le bon vieux logo où on peut voir le centurion de profil, en deux dimensions. Je ne m'étais pas trompé. J'ai tâté le terrain en milieu de journée, jeudi. La réponse a été immédiate. Et pratiquement unanime. Des dizaines de partisans m'ont fait savoir qu'ils aimeraient revoir les uniformes - même s'ils sont associés à une période pas trop glorieuse de l'organisation.

En plus, pour une fois, leur opinion rejoint celle des joueurs.

Le 29 décembre, une belle surprise attendait Mike Hoffman à son arrivée au Centre Canadian Tire. Pour la période d'échauffement précédant le retrait du chandail de Daniel Alfredsson, tous les joueurs devaient porter un chandail différent. On avait cousu son numéro 68 derrière un uniforme classique noir de 1992.

Il a fait ce que tous les jeunes hommes dans la vingtaine font quand ils sont surexcités. Il s'est vite branché sur Instagram pour crier son bonheur.

« Ce sont vraiment mes chandails favoris, me confie-t-il. Je les ai tous regardés attentivement. Ce sont ceux-là que je préfère. Je suis pas mal certain que mes coéquipiers sont de mon avis. »

J'ai vérifié, rapidement. Mark Borowiecki portait lui aussi ce chandail. « Nous avons fait des jaloux », dit-il.

« Je viens d'Ottawa. Ces uniformes sont ceux que les Sénateurs portaient quand j'étais enfant. Ils sont rendus tellement vieux qu'ils sont de nouveau à la mode », a-t-il résumé.

« En plus, ils sont noirs. Une équipe de hockey a l'air plus imposante, plus intimidante quand elle porte du noir. »

Quoi ? Deux colonnes au grand complet dans le journal pour parler des anciens-futurs uniformes ? À l'approche de la mi-saison, vous n'avez pas été capable de trouver un sujet plus sérieux, monsieur le chroniqueur ?

Il y avait encore des centaines de sièges vides dans les gradins, jeudi. Le CCT n'affiche même pas complet lors de la visite du meilleur joueur sur la planète.

Les gens d'ici n'ont pas cessé du jour au lendemain d'aimer le hockey. On dirait que plusieurs attendent qu'il se passe quelque chose d'intéressant, d'encourageant chez les Sénateurs.

Si on leur donnait un petit rappel, quelque chose pour les ramener à une époque où la connexion avec le club était plus forte...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer