Le Norris à Brent Burns?

Burns est au deuxième rang du classement des... (Archives, La Presse)

Agrandir

Burns est au deuxième rang du classement des joueurs de la LNH au chapitre des tirs au but, tout juste derrière le multiple vainqueur du trophée Maurice-Richard, Alexander Ovechkin.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / À chacun sa méthode, à chacun sa façon de faire.

À pareille date, l'an dernier, Drew Doughty est débarqué à Ottawa avec la rage au coeur. Dans les heures qui ont précédé un match entre les Sénateurs et les Kings de Los Angeles, il s'est vidé le coeur devant un petit groupe de journalistes.

Selon lui, les membres de la Professional Hockey Writers Association (PHWA) connaissent mal les joueurs qui évoluent sur la côte du Pacifique. Du coup, ceux qui gagnent leur vie en Californie sont désavantagés, en fin de saison, lorsque les reporters votent pour les trophées individuels de la LNH.

Sa sortie a fait jaser. Six mois plus tard, Doughty a été récompensé. Il a remporté le trophée Norris, à titre de défenseur par excellence, pour la première fois de sa carrière.

Brent Burns et les Sharks de San Jose ne procéderont pas de la même manière.

Lors de leur passage au Centre Canadian Tire, la semaine dernière, ils ont plutôt misé sur l'humour. 

Leur défenseur d'élite, Brent Burns, a eu le dessus sur Erik Karlsson. Dans un match remporté par les requins, le gros barbu a marqué un but spectaculaire.

«Un autre beau de première qualité», s'est exclamé le grand copain de Burns, Joe Thornton.

«Brent, c'est le meilleur joueur au monde! Pas juste le meilleur défenseur! Le meilleur joueur, point à la ligne», a-t-il enchaîné.

Que doit-il faire, alors, pour finalement mettre la main sur le Norris?

«Il nous reste une cinquantaine de matches à jouer en saison régulière. Il n'a qu'à se présenter, il n'a qu'à jouer. Le Norris va l'attendre au fil d'arrivée. C'est aussi simple que ça», répond le vétéran centre.

L'an dernier, Burns a pris le troisième rang du scrutin, derrière Doughty et Karlsson.

Pour les journalistes qui ont voté, il n'était clairement pas dans la même ligue que les deux autres. Seulement trois d'entre-eux - sur 150 - lui ont décerné leur vote de première position.

La direction des Sharks fait tout ce qu'elle peut pour que Burns obtienne le plus de publicité possible. Elle se fait un devoir de nous rappeler, par exemple, qu'aucun défenseur n'a marqué autant de buts que lui depuis le début de la saison 2014-15.

Au chapitre des points, durant la même période, Burns est deuxième. Seul Karlsson le devance.

Burns est aussi le deuxième joueur qui obtient le plus de tirs au but dans toute la LNH. Dans cette catégorie, c'est le multiple vainqueur du trophée Maurice-Richard, Alexander Ovechkin, qui le devance.

«Doughty ne parlait pas à travers son chapeau. Les joueurs qui évoluent sur la côte ouest n'obtiennent pas toujours autant de publicité que les autres», indique l'entraîneur-chef des Sharks, Peter DeBoer.

«Je suis moi-même mal placé pour juger. Je n'ai pas le temps de regarder tous les matches mettant aux prises tous les autres défenseurs d'élite de la LNH. Je sais cependant à quel point Brent est un joueur important pour nous. Je ne saurai jamais vous dire à quel point je l'apprécie. Il a certainement sa place dans le groupe de tête. Je m'attends à ce qu'il reçoive sa juste part de votes encore une fois cette année.»

La direction des Sharks n'a pas manqué de témoigner son appréciation, plus tôt cette saison, en accordant à Burns une gigantesque prolongation de contrat. Dès l'an prohain, le numéro 88 gagnera plus d'argent que Doughty et Karlsson.

Il sera le deuxième défenseur le mieux rémunéré au monde... après P.K. Subban.

Deux départs pour Bérubé

Jack Capuano a confié deux départs consécutifs dans... (Associated Press) - image 3.0

Agrandir

Jack Capuano a confié deux départs consécutifs dans la dernière semaine à Jean-François Bérubé.

Associated Press

Huit mois sans disputer un seul match, c'est long. Surtout pour un athlète qui est en parfaite santé. 

La patience de Jean-François Bérubé a finalement été récompensée. 

Le troisième homme chez les Islanders de New York a même reçu deux cadeaux de Noël à l'avance, puisque son entraîneur Jack Capuano lui a confié deux départs consécutifs dans la dernière semaine. 

«Il nous a donné une belle chance de gagner. Il mérite donc plus d'opportunités de se faire valoir», a confié l'entraîneur au quotidien Newsday, vendredi, au terme d'un match où Bérubé a perdu tout en effectuant 34 arrêts contre les Sabres de Buffalo.

«Ceux qui jouent bien vont continuer à jouer.» Deux jours plus tard, à domicile contre les Sénateurs d'Ottawa, l'athlète de Repentigny a un peu moins bien paru. Sur sa patinoire, à Brooklyn, il a encaissé quatre buts.

La «bonne façon» de jouer selon Hynes

Curieux. L'attaque des Devils du New Jersey figure parmi les trois moins productives de toute la LNH.

Ça n'a pas empêché l'entraîneur-chef John Hynes de laisser de côté son franc-tireur Pierre-Alexandre Parenteau à deux occasions la semaine dernière.

«Tous les joueurs que nous utilisons doivent accomplir certaines tâches. Chaque joueur doit gagner des bagarres pour s'emparer de rondelles libres. Chaque joueur doit appliquer un échec-avant solide et se replier dans son territoire. Chaque joueur doit se comporter de façon responsable dans notre territoire», a-t-il expliqué au Star-Ledger de Newark.

Avant d'être laissé de côté, Parenteau avait inscrit trois points à ses quatre derniers matches. À son retour dans la formation, dimanche à New York, il a marqué un but en avantage numérique.

Drouin retrouve sa touche magique

On attendait le Lightning de Tampa Bay au sommet du classement de l'Association Est.

Malgré toute sa profondeur à l'attaque, les résultats se font attendre.

Au moins, le plus jeune membre du groupe retrouve lentement ses points de repère. Jonathan Drouin a inscrit huit points à ses sept derniers matches.

II a possiblement inscrit le plus beau but de la dernière semaine dans toute la LNH, samedi, dans un revers en prolongation contre les Oilers d'Edmonton. Au terme de cette rencontre, même Connor McDavid s'est dit impressionné.

«Il est si rapide. Il possède tous les outils pour devenir un grand joueur», dit McDavid au sujet de celui qui fut son coéquipier lors du tournoi de la Coupe du monde, en septembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer